/weekend
Navigation

Dans l’univers d’André Gagnon

Art-Portrait de Kathleen Fortin et de Stéphane Aubin
Photo Agence QMI, Dominick Gravel Kathleen Fortin et Stéphane Aubin présenteront le spectacle Les 4 saisons d’André Gagnon les 30 novembre, 1er et 2 décembre à la Cinquième salle de la Place des Arts.

Coup d'oeil sur cet article

C’est parce qu’il souhaitait faire rayonner l’œuvre de l’un de ses confrères les plus prolifiques que le pianiste Stéphane Aubin a conçu le spectacle Les 4 saisons d’André Gagnon, une production qui promet de mettre en lumière les ­nombreuses facettes de la ­personnalité artistique du musicien.

« Il y a eu beaucoup de concerts hommages, mais jamais vraiment à un musicien », a souligné Stéphane Aubin, en entrevue.

« Si on regarde la carrière d’André, en plus, c’en est une qui est vaste, a-t-il ajouté. Cinquante ans de carrière, c’est énorme. Il a également eu une carrière internationale (...) C’est en observant tout ça que je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose pour lui. »

Fidèle admiratrice

Pour l’interprétation du répertoire chanté de l’artiste, aujourd’hui âgé de 81 ans, Stéphane Aubin a fait appel à la comédienne et chanteuse Kathleen ­Fortin, qui compte parmi ses plus fidèles admiratrices.

Sur scène, elle interprétera ­notamment des extraits de l’opéra Nelligan, l’une de ses œuvres fétiches, ainsi que des pièces tirées du spectacle Leyrac chante Nelligan.

« À l’adolescence, j’ai fait la découverte de l’opéra Nelligan et pour moi, ç’a été une révélation, a-t-elle raconté, en entrevue. Pour moi, c’est le summum. »

Quatre saisons

Lors de ce spectacle, qui mettra également en vedette un ensemble de quatre musiciens, Stéphane ­Aubin ­promet de toucher aux « quatre ­saisons » d’André Gagnon.

« Je trouvais que c’était une belle image, car on peut les entendre. L’automne, par exemple, c’est très André Gagnon. C’est cette espèce de nostalgie que l’on retrouve dans La dame en noir ou dans Le soulier de la morte. »

Wow, Neiges, Les chemins d’été (Dans ma Camaro), Ta samba et Le vaisseau d’or comptent aussi parmi les pièces qui se sont taillées une place au sein des 4 saisons.

« Nous avons essayé de présenter pas mal toutes les pièces qui sont connues. Il y en a beaucoup », a ajouté le pianiste.

Héritage

Pour son idéateur, ce projet se veut aussi une façon d’assurer que l’œuvre d’André Gagnon puisse continuer de vivre dans l’espace culturel.

« Parfois, je rencontre des jeunes qui ne savent pas qui est André Gagnon. Ça me bouscule beaucoup (...) Si on veut se créer une histoire culturelle, il faut créer ces liens. Sinon, notre culture va mourir. Nous devons nous créer une histoire. »


Pour plus de détails concernant la tournée, visiter le www.stationbleue.com.