/news/currentevents
Navigation

Accusé d'agression sexuelle, un prêtre pourrait avoir fait d'autres victimes

Coup d'oeil sur cet article

AYER'S CLIFF – Visé par un recours collectif intenté par une présumée victime, le père Jacques Desgrandchamps pourrait avoir abusé sexuellement d'un plus d'un enfant alors qu'il enseignait au collège Servite, à Ayer's Cliff en Estrie.

Une rumeur selon laquelle des pensionnaires pourraient avoir été d'innocentes victimes des religieux qui administraient le Collège durant les années 70 courait depuis longtemps. «On a vu des choses. On a entendu des choses. Il y a des affaires qui étaient évidentes», a notamment raconté un homme rencontré par TVA Nouvelles mardi dans la petite localité située près de Magog.

Le Collège Servite compte aujourd'hui 150 élèves, dont 50 pensionnaires. La qui l'administrait a quitté les lieux en 1978.

«Le collège applique une stricte politique de tolérance zéro. Je n'avais jamais eu connaissance d'actes répréhensibles de cette nature dans notre établissement. Le collège assure un milieu de vie sain et sécuritaire aux élèves sous sa responsabilité», a expliqué l'actuel directeur général du Collège Servite, François Leblanc, tout en se disant «affecté» par les allégations.

Le père Jacques Desgrandchamps agissait comme professeur d'histoire et de géographie lorsqu'il aurait abusé sexuellement d'un adolescent alors âgé de 12 ans.

Selon la présumée victime, un homme aujourd'hui âgé de 57 ans, les actes se seraient déroulés sur une période de deux ans. Le frère lui aurait notamment donné de l'alcool pour ensuite l'abuser sexuellement.

L'avocat du requérant assure que son client ne serait pas la seule victime. «Ce n'est que la pointe de l'iceberg. [...] On est convaincu qu'il y aura d'autres victimes», a rappelé Robert Kugler, l'avocat du requérant.

Le père Desgranchamps, qui a aujourd'hui 85 ans, continue à exercer dans la région d'Ottawa. Ses prétendues actions pourraient condamner les Servites de Marie et le collège, autrefois connu comme le Collège Notre-Dame des Servites, à verser près de 2 millions $ au requérant.