/news/health
Navigation

La pénurie de main-d’œuvre nuit à l’industrie du cannabis médicinal

Hydropothecary
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

La pénurie de main-d’œuvre à Québec a aussi des effets sur l’industrie du cannabis médicinal, alors que la clinique Santé Cannabis repousse son ouverture depuis cet été, par manque de personnel.

Le plan d’expansion vers Québec de la clinique Santé Cannabis, déjà implantée à Montréal, est freiné par l’absence de candidatures. D’abord prévue en juillet, l’ouverture est maintenant repoussée à janvier 2018.

D’ici là, les locaux acquis par l’entreprise au 979, avenue de Bourgogne, dans le secteur de Sainte-Foy, resteront inoccupés. « Nous avons reçu à peine trois candidatures », explique la directrice générale Nadia Kvakic.

Pas un dispensaire

Mme Kvakic estime que la mauvaise réputation des dispensaires qui ont récemment fait l’objet de perquisitions à Québec fait peur à d’éventuels candidats. Chez Santé Cannabis, aucun produit n’est vendu sur place. Les produits sont envoyés par la poste, par les producteurs accrédités par Santé Canada.

« Il y a un bon triage avant d’arriver chez nous. Il faut vraiment avoir une référence du médecin traitant et une liste des prescriptions des trois à cinq dernières années, pour voir tout ce qui a été essayé, parce que le cannabis est un traitement de dernier recours », précise Mme Kvakic.

La clinique fait affaire avec les producteurs homologués par Santé Canada, dont le nombre est passé de 38 à 74 depuis février dernier. Au Québec, seulement deux producteurs sont homologués, soit Aurora Cannabis à Pointe-Claire et Hydropothecary à Gatineau.

Infirmière demandée

Pour ouvrir, Mme Kvakic précise n’avoir besoin que d’un(e) seul(e) employé(e), soit un infirmier ou une infirmière, pour assister les patients et les médecins de la future clinique.

« Nous cherchons une infirmière ou infirmière auxiliaire qui a un intérêt envers le cannabis médical et qui est bilingue, mais c’est très dur à trouver », indique-t-elle. Une secrétaire médicale devra aussi être embauchée ultérieurement.

Jusqu’à maintenant, deux médecins sont prêts à se rendre à cette nouvelle clinique, qui sera ouverte du lundi au vendredi.

« Nous aimerions en avoir beaucoup plus, pour offrir plus de disponibilité aux patients, étant donné qu’ils [les médecins] y sont à temps partiel », indique Mme Kvakic. À la clinique de Montréal, huit médecins collaborent à la clinique Santé Cannabis tout en participant à un projet de recherche sur le cannabis médicinal, encadré par le Collège des médecins.

Plus de 2000 patients, qui souffrent pour la plupart de douleurs chroniques et de cancer, fréquentent la clinique Santé Cannabis de Montréal. Mme Kvakic estime que plus de 150 patients proviennent de la région de Québec.