/news/politics
Navigation

Baisse d’impôt et chèques de 100$: la mise à jour économique en 5 points

Le gouvernement Couillard sort les cadeaux à l’approche des élections

Baisse d’impôt et chèques de 100$: la mise à jour économique en 5 points
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Couillard a profité de la mise à jour économique pour faire des cadeaux aux Québécois à moins d’un an des élections : 100 $ par enfant d’âge scolaire, baisse d’impôt et embauche de spécialistes dans les écoles.

Il se fait toutefois critiquer par l’opposition qui estime que ce bonbon est payé par des années de compressions dans les services publics.

La mise à jour économique en 5 points:

1 | Un chèque de 100 $ par enfant

Le gouvernement Couillard débloque 112 M$ afin d’aider les familles pour l’achat de fourniture scolaire. Exceptionnellement, pour l’année 2018, les parents d’enfants âgés de 4 à 16 ans recevront deux chèques de 100 $ par bambin, l’un en janvier rétroactivement pour la rentrée de 2017, et l’autre en juillet, à un mois des élections générales. À partir de 2019, ce montant sera versé une fois par année en juillet, au même moment que celui du programme d’aide de soutien aux enfants. Il sera alors indexé.

2 | Une baisse d’impôt d’un milliard $

Les contribuables auront droit à une baisse d’impôt maximale de 278 $. Le gouvernement Couillard a abaissé le taux d’imposition des premiers dollars du revenu gagné de 16 % à 15 % de façon rétroactive à partir du 1er janvier 2017. En clair, pour un individu qui reçoit un salaire annuel de 44 000 $ ou plus, la diminution de contribution est de 278 $. Pour une personne seule ayant un revenu de 20 000 $, il s’agit d’une baisse de 23 $. À 30 000 $, l’économie d’impôt sera de 123 $.

3 | 500 spécialistes dans les écoles

Le gouvernement s’engage à embaucher 500 spécialistes dans les écoles à partir de septembre 2018, incluant des orthophonistes et des orthopédagogues. Il prévoit une somme additionnelle de 12 M$ cette année et un coût annuel de 40 M$ par la suite.

Québec a aussi annoncé un saupoudrage de 25 M$ par année (5 M$ en 2017-2018) pour cinq mesures dans les CPE et de 105 M$ en santé qui sera expliqué en détail prochainement par Gaétan Barrette.

4 | Vers une hausse pour les médecins spécialistes ?

Les négociations se poursuivent avec les médecins spécialistes, mais Québec prévoit une augmentation annuelle de 3 % de la masse salariale de ces derniers dans son cadre financier. « Nous, ce qu’on a inclus dans notre cadre financier, c’est une augmentation de 3 % », a dit M. Leitao.

5 | Un plan de lutte à la pauvreté

Le gouvernement Couillard annonce un plan de lutte à la pauvreté qui ne donnera de véritables résultats qu’après les élections. Il débloque seulement 41 M$ cette année. Il promet 221 M$ en 2018-2019. Sur les 2,3 milliards $ promis, 1,2 milliard serait décaissé en 2021-2022 et 2022-2023. La majorité de ces sommes servira à « bonifier les prestations d’aide financière de dernier recours et du programme Objectif emploi ». François Blais présentera son plan la semaine prochaine.

 

Les fruits de l’austérité

Le ministre Leitao et le premier ministre Philippe Couillard
Photo Simon Clark
Le ministre Leitao et le premier ministre Philippe Couillard

Avant de se retrouver avec un surplus de 2,4 milliards $ pour 2016-2017, le gouvernement Couillard a mis la hache dans ses dépenses en début de mandat.

  • Moyenne de hausse des dépenses (2009-2010 à 2013-2014) : 3,6 %
  • Hausse des dépenses en 2014-2015 : 1,6 %
  • Hausse des dépenses en 2015-2016 : 0,4 %

Si le gouvernement Couillard avait maintenu une moyenne de 3,6 %, les dépenses de programme se seraient élevées à 70,7 milliards en 2015-2016 au lieu de 67,1 milliards $.

« Nous n’avons pas coupé les dépenses, nous avons ralenti la cadence. Mais nous n’avons pas fait de coupures absolues. » — Carlos Leitao, ministre des Finances


En éducation

  • 2013-2014 : hausse de budget de 666 M$ pour atteindre 16,47 milliards $
  • 2014-2015 : hausse de budget de 147 M$ pour atteindre 16,62 milliards $
  • 2015-2016 : baisse de budget de 15 M$ pour atteindre 16,6 milliards $

En santé

  • 2013-2014 : hausse de budget de 1,5 milliard pour atteindre 32,6 milliards
  • 2014-2015 : hausse de budget de 1,15 milliard pour atteindre 33,7 milliards
  • 2015-2016 : hausse de budget de 503 millions $ pour atteindre 34,3 milliards

 

Ce qu’ils ont dit

Baisse d’impôt et chèques de 100$: la mise à jour économique en 5 points
Photo Simon Clark

« Même si j’ai une petite barbiche blanche, je ne me prends pas pour le père Noël. Ce qui serait électoraliste, ce qui serait farfelu, ce serait de promettre des réductions d’impôt ou des dépenses additionnelles sans en avoir les moyens. » – Carlos Leitao, ministre des Finances

« Les libéraux ne le font pas par conviction aujourd’hui. Ils le font par opportunisme. [...] Mon indice de cynisme aujourd’hui est à 100 %. Les Québécois ne sont pas dupes. Ils n’ont pas une poignée dans le dos. » – François Bonnardel, de la Coalition avenir Québec

« Philippe Couillard prend véritablement les Québécois pour des idiots. [...] La manœuvre est grossière, elle est indécente. On a coupé pendant des années et là, on donne un bonbon électoral. Les gens sont capables de voir ça ». – Nicolas Marceau, du Parti québécois

« La récompense pour trois ans de coupure aux services à la population, c’est 278 $ de baisse d’impôts. Ça, c’est à peu près 11 $ par chèque de paie. [...] La mise à jour économique d’aujourd’hui, c’est un aveu d’échec de la part des libéraux. » – Gabriel Nadeau-Dubois, de Québec solidaire