/sports/hockey
Navigation

Pour en finir avec Radulov

Quand il jouait avec le Canadien, Alexander Radulov a souvent dit qu’il aimait jouer à Montréal, mais pas assez pour y demeurer, de toute évidence.
Photo d’archives Quand il jouait avec le Canadien, Alexander Radulov a souvent dit qu’il aimait jouer à Montréal, mais pas assez pour y demeurer, de toute évidence.

Coup d'oeil sur cet article

La présence du Canadien à Dallas la semaine dernière a permis à Alexander Radulov de revenir sur les négociations de contrat qu’il a eues avec Marc Bergevin avant qu’il décide de s’entendre avec les Stars.

J’ai sursauté lorsque le joueur russe a affirmé, encore une fois, que le Canadien lui avait fait une offre identique à celle des Stars, après que ce dernier eût accepté celle de la formation de Dallas. Ce n’est pourtant pas ce qui s’est produit et il faut remettre les pendules à l’heure.

DES NÉGOS DÈS JANVIER

À mon collègue Jonathan Bernier, Radulov a affirmé que les négociations avaient commencé en décembre 2016. Dans les faits, le Canadien ne pouvait pas s’entendre avec lui avant le 1er janvier (comme le prévoit la convention collective) et les premières discussions ont eu lieu à New York durant la pause du match des étoiles, en janvier.

Durant cette rencontre, le Canadien a déposé plusieurs scénarios à l’agent de Radulov, Maxim Moliver, soit une entente de trois ans, une de quatre ans et une dernière de cinq ans, selon mes sources.

Le salaire annuel offert était plus élevé s’il acceptait une entente de trois ans plutôt que celle de cinq ans.

Mais le clan Radulov avait un autre plan en tête et c’était de profiter du fait que le Canadien pouvait lui offrir une entente de huit ans qui lui aurait rapporté sept millions de dollars par année, pour un total de 56 millions de dollars américains.

Selon la convention collective, un joueur peut signer une entente de huit saisons uniquement avec la formation qui détient ses droits, sinon s’il devient joueur autonome sans compensation, la durée maximum du contrat est de sept saisons.

RADULOV DÉMENT

Au mois de mars, Radulov a démenti publiquement l’information qu’il désirait un contrat de huit saisons avec le Canadien. Pourtant, le message lancé à la direction du Canadien au même moment était qu’il n’y aurait pas d’entente avec l’équipe durant la saison, si la durée n’était pas de huit ans.

Imaginez si Marc Bergevin avait dit oui aux demandes de Radulov, son contrat se serait terminé à quelques jours de ses 40 ans. Un non-sens.

L’OFFRE AU REPÊCHAGE

Profitant du repêchage à Chicago, les pourparlers entre le Canadien et le clan Radulov ont recommencé et c’est à ce moment que l’offre de 31,25 M$ au total pour cinq ans a été faite, soit exactement celle que le joueur russe a acceptée. Il y avait toutefois une condition rattachée à l’offre.

Radulov avait jusqu’au 24 juin à minuit pour l’accepter, sinon elle était retirée de la table pour l’empêcher de s’en servir avec d’autres formations, alors qu’il pouvait le faire dès le 25 juin.

Le 1er juillet, les deux parties se sont reparlé et, toujours selon mes sources, Bergevin a redéposé l’offre de cinq ans à Alexander Radulov.

C’est alors que Maxim Moliver a indiqué à Marc Bergevin qu’il avait reçu exactement la même offre des Stars et que puisque les impôts sont moins élevés au Texas qu’au Québec, il faudrait que le Canadien verse sept millions par saison à Radulov pour qu’il demeure à Montréal.

Encore une fois, un non-sens parce qu’un marqueur de 18 buts ne peut toucher autant d’argent. Ça aurait été un précédent qui aurait menotté le Canadien pendant plusieurs saisons.

Ce n’est pas la première fois que Radulov tourne le dos à son équipe.

En 2008, il avait quitté les Predators parce qu’il avait des offres plus lucratives dans la KHL.

Il ne faut pas oublier que le Canadien avait montré beaucoup d’ouverture, le 1er juillet 2016, en lui donnant un contrat d’un an (5,75 M$) alors que bien des équipes le craignaient.

Radulov a donc bien aimé Montréal, mais pas assez pour y demeurer. L’argent avait beaucoup plus d’importance qu’il ne l’a fait croire.


Du nouveau en janvier

Les Sénateurs ont beaucoup de difficulté à gagner sur la glace présentement, mais c’est en janvier qu’on espère être en mesure de remporter une des plus grosses batailles dans l’histoire de la concession. C’est en effet au début de l’année 2018 que la Commission de la capitale nationale devrait décider si le projet de construction d’un nouvel amphithéâtre ira de l’avant. Si la CCN approuve le projet, le conseil municipal de la ville d’Ottawa devra aussi donner son accord. Si jamais le projet d’un nouvel amphithéâtre de 18 000 places au centre-ville d’Ottawa est rejeté, l’avenir de cette concession sera sérieusement mis en doute et les rumeurs de déménagement se feront de plus en plus intenses, sans aucun doute.

Maintenant acheteurs ?

Les Islanders n’ont pas encore perdu un match à leur domicile de Brooklyn, en neuf rencontres, et personne ne parle de la possibilité que John Tavares soit échangé cette saison. Au contraire, les Islanders pourraient se montrer très actifs d’ici à la date limite des transactions et tenter d’acquérir des joueurs qui pourraient grandement les aider en séries. On pense entre autres à Evander Kane, qui connaît sa meilleure saison depuis des lunes avec les Sabres, lui qui deviendra joueur autonome sans compensation le 1er juillet. Les Islanders sont aussi à la recherche d’un nouvel amphithéâtre qui pourrait les accueillir et on devrait en connaître plus à ce sujet au début de l’année 2018.

De retour en chine

Les Sénateurs semblent incapables de remporter un match depuis leur retour de la Suède et il est fort probable que certaines formations seront dorénavant craintives de jouer deux matchs en Europe un mois après le début de la saison. Par contre, bien des équipes aimeraient disputer des matchs préparatoires en Chine, comme ce fut le cas pour les Canucks et les Kings, alors que cette expérience a été jugée comme un véritable succès du côté des dirigeants de la LNH. Il appert que les Bruins pourraient être une des deux formations qui aura la chance de jouer quelques rencontres en Asie avant le début de la prochaine saison. Pour ce qui est du Canadien, des rumeurs disent qu’il pourrait disputer deux matchs de saison régulière à Paris, mais ce projet semble peu probable pour le moment.