/news/politics
Navigation

Fécondation in vitro: la CAQ fait du «populisme», affirme Barrette

Coup d'oeil sur cet article

La Coalition avenir Québec fait du «populisme» en réclamant la gratuité du programme de procréation assistée, dénonce le ministre Gaétan Barrette.  

Tel que révélé par notre Bureau parlementaire, la CAQ a demandé mardi le retour du programme d’accès à la fécondation in vitro, en vigueur de 2010 à 2015. Entouré de femmes qui souffrent de problèmes d’infertilité, le député François Paradis a prié le ministre Barrette de ramener ce programme qui répond au «droit fondamental» de fonder une famille.

«Ce n'est pas seulement le fait de réaliser un rêve pour réaliser un rêve. Fonder une famille, avoir un enfant, c'est un investissement», a déclaré en point de presse le porte-parole de la CAQ en matière de santé.

Photo Simon Clark

Populisme

Intercepté à la sortie du caucus libéral, le ministre de la Santé a accusé la deuxième opposition de tomber dans le populisme. «La CAQ annonce des choses qui ne sont probablement pas faisables, a pesté M. Barrette. À la CAQ, on lance toutes sortes de choses, on ne les chiffre jamais.»

M. Barrette n’a pas voulu rouvrir le débat concernant la procréation assistée. «C’est une question de choix gouvernemental, a-t-il affirmé. Un gouvernement responsable doit bien gérer les finances publiques, les impôts et les taxes des citoyens, et doit faire des choix.»

Pourtant, en commission parlementaire sur le projet de loi 20 qui abolissait le programme de procréation assistée, Gaétan Barrette s’était montré ouvert à revoir sa position si les finances publiques le permettaient. Il affirmait alors que «seul le budget faisait en sorte qu'on prenait une décision comme celle-là», a rappelé M. Paradis.

Milliers de dollars

En novembre 2015, la législation entrait en vigueur, forçant ainsi les couples infertiles à débourser des milliers de dollars pour recourir à cette méthode.

«Tout est en place pour un programme financièrement viable, plaide Martine Vallée, vice-présidente de l'Association des couples infertiles du Québec (ACIQ). On est prêtes à faire notre part dans un contexte de vieillissement de la population, mais présentement il y a beaucoup trop d'obstacles pour fonder une famille au Québec quand on est infertiles.»

Le PQ favorable

Tout comme la CAQ, le Parti québécois souhaite réintégrer le programme «dans les balises plus restreintes proposées par le commissaire à la santé», qui a suggéré en 2015 une douzaine de mesures pour l’améliorer. «Mais la pire chose à faire, c'est ce que M. Barrette a fait, c'est-à-dire de le sortir de l'assurance maladie», a commenté le chef Jean-François Lisée.