/news/society
Navigation

Polytechnique: la manif proarmes déménage de la place du 6-décembre-1989

Coup d'oeil sur cet article

La manifestation proarmes à feu prévue samedi prochain n’aura finalement pas lieu à la place de commémoration des victimes de la tuerie de Polytechnique.

« On avait toujours cette option [de changer de lieu] de côté, mais quand on a vu la réaction des gens, on a décidé d’aller de l’avant », a laissé tomber le porte-parole du collectif Tous contre un registre québécois des armes à feu, Guy Morin, mardi après-midi.

Le groupe voulait d’abord se rendre à la place du 6-décembre-1989, qui rend hommage aux 14 victimes tombées sous les balles du tireur Marc Lépine, pour manifester contre le contrôle excessif des armes à feu. Mais leur décision a soulevé un tollé de protestations.

« On a fait ce qu’on avait à faire, poursuit-il. On s’est arrangé pour que les gens parlent de nous. »

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a réagi sur Twitter en qualifiant le geste d’« inutilement provocateur et cruel ».

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, estime quant à elle que ce n’était « ni l'endroit ni le moment de s'exprimer comme ils le font ».

« Au début, je pensais que c’était une très, très mauvaise blague, a raconté le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux. Quand j’ai appris que c’était sérieux, j’ai trouvé ça absolument scandaleux. »

Sous-estimé

<b>Guy Morin</b><br />
Organisateur de la manif proarmes
Photo facebook
Guy Morin
Organisateur de la manif proarmes

« Disons qu’on avait sous-estimé la réaction des gens, poursuit Guy Morin. On a vu que la panique était prise et que ça pouvait compromettre la sécurité des manifestants. »

Entre-temps, une contre-manifestation s’était organisée pour répliquer au collectif.

« C’est sûr qu’on va avoir une réflexion à savoir si tout ça est toujours aussi pertinent », a commenté l’une des membres de l’organisation, Émilie Joly.

La contre-manifestation pense plutôt inviter les citoyens à participer à la commémoration des victimes de Polytechnique le 6 décembre prochain, à midi.

L’un des membres du groupe Poly se souvient, Jean-François Larrivée, se réjouit de voir que le collectif a finalement changé d’idée.

« Pour nous, c’est un lieu sacré, commente celui qui a perdu sa femme, Maryse Laganière, lors de la tragédie. Je pense qu’ils ont pris la bonne décision. »

Même s’il est convaincu que le groupe a choisi ce lieu expressément pour faire réagir, il ne croit pas que le désistement était prévu.

Aucun nouveau lieu n’a été fixé pour la manifestation proarmes toujours prévue le 2 décembre.