/news/politics
Navigation

Manifestation pro-arme au mémorial de la polytechnique: le ministre de la Sécurité publique scandalisé

Martin Coiteux
Photo Amélie St-Yves Martin Coiteux

Coup d'oeil sur cet article

NICOLET | Le ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux est atterré qu’une manifestation contre le registre des armes à feu s’organise pour samedi au parc du 6-décembre-1989, qui rend hommage aux 14 victimes de la polytechnique.

« Au début, je pensais que c’était une très, très mauvaise blague. Quand j’ai appris que c’était sérieux, j’ai trouvé ça absolument scandaleux », a-t-il déclaré mardi, de passage à l’École nationale de police du Québec, à Nicolet.

Il a rappelé que les 14 victimes de Marc Lépine ont été tuées simplement parce qu’elles étaient des femmes, et qu’une telle manifestation ne faisait aucun sens, selon lui.

« Dans notre société, les gens sont libres de manifester, mais là, c’est plus que du mauvais goût, c’est totalement inacceptable et je condamne fermement cette intention de manifester sur la place du 6 décembre. Fermement. », a-t-il dit.

90 manifestants ont confirmé leur présence jusqu’à maintenant, via la page Facebook Rassemblement des gunnies, qui prévoit «un rassemblement pacifique pancanadien contre le contrôle excessif des armes à feu » de 11h à 13h samedi, à 4 jours du 28e anniversaire de la tragédie.

La ministre de la Condition féminine Hélève David a aussi réagi fortement.

« C’est inacceptable qu’on rajoute une autre violence contre les femmes en allant manifester sur un lieu commémoratif pendant qu’on souligne le très triste anniversaire de cette tuerie », a-t-elle dit, à l’entrée du caucus libéral.

Le PQ aussi

Le chef de l’opposition officielle Jean-François Lisée a également réagi à l’Assemblée nationale mardi matin, et est tout aussi choqué.

« Vraiment, c'est un manque de respect absolu pour un lieu qui a connu une des pires tragédies de notre histoire d'aller faire une manifestation pro-armes là où des jeunes femmes ont été abattues sous les tirs d'un misogyne. Je n'en reviens pas qu'il y ait même eu cette idée-là », a dit le chef du Parti Québécois.

Il a appelé les manifestants à trouver un autre endroit.

« C'est une extraordinaire mauvaise idée. Ne faites pas ça. Il y a quelque chose de sacré autour de cet endroit-là, et il ne faut pas le désacraliser. Qu'ils fassent des manifestations ailleurs, ça ne dérange pas. Et s'ils se présentent là, s'ils ont un permis pour le faire, ils vont nuire énormément à leur propre cause», a-t-il dit.

 

- Avec la collaboration de Marc-André Gagnon, et de Charles Lecavalier, Bureau parlementaire