/news/transports
Navigation

Nouvelle liaison Montréal–Québec: André Fortin évoque l’Hyperloop

Periode des questions
Photo Simon Clark Le ministre des Transports André Fortin ne souhaite pas se limiter au monorail concernant l'idée une nouvelle liaison rapide entre Montréal et Québec.

Coup d'oeil sur cet article

À l’exemple du monorail, donné par Philippe Couillard pour illustrer ce à quoi pourrait ressembler une nouvelle liaison rapide entre Montréal et Québec, le ministre André Fortin ajoute celui de l’Hyperloop, un concept futuriste développé aux États-Unis.

Quelques minutes après avoir été accusé d’improviser en chambre par la Coalition avenir Québec, le ministre des Transports a été invité par la presse parlementaire à préciser sa pensée quant à l’appel de projets annoncé par son chef dimanche dernier.

«On ouvre la porte toute grande à un ensemble de projets», a expliqué M. Fortin, qui ne souhaite pas se limiter au monorail.

«Entre autres, il y a  le projet d’Hyperloop », a lancé le ministre des Transports, en faisant référence au concept développé par l'entreprise américaine Hyperloop One. Ce système de sustentation magnétique, qui permet de transporter des capsules à une vitesse de 1200 km/h, a été testé pour la première fois l’été dernier.

«Alors ce qu’on dit, c’est pourquoi pas au Québec, a continué le ministre Fortin. [...] Les propositions les plus osées sont les bienvenues.»

Seul bémol, M. Couillard a bien souligné, dimanche dernier, qu’il souhaite une innovation québécoise.

L’idée du monorail volée au PQ

En conférence de presse, le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a accusé le premier ministre d’avoir emprunté l’idée du monorail au Parti québécois.

«M. Couillard est un peu l'Arsène Lupin des programmes politiques, a dit M. Lisée. Il a volé le programme politique de la CAQ, le téléchargement est complété. Le monorail, nous, on le propose depuis des années : c'est dans le programme du Parti québécois, j'en parlais en juin dernier.»

Le député caquiste Benoit Charette, pour sa part, a reproché aux libéraux d’écarter le projet de train à grande fréquence proposé par Via Rail dans l'axe Québec-Windsor, fortement appuyé par la communauté d'affaires au Québec.

«Je n’ai pas le goût de remplacer un train par un autre train. On peut faire des choses beaucoup plus modernes», a déclaré M. Couillard, dimanche dernier.

«Nous, on regarde vers l’avenir», a fait valoir mardi le ministre Fortin, en qualifiant le projet ramené par la CAQ de «passéiste».

Québec 21 contre le monorail

De son côté, le chef de l’opposition à l’hôtel de ville de Québec, Jean-François Gosselin s’est distancié, hier, du projet de monorail évoqué par M. Couillard. La veille, il avait pourtant affirmé qu’il «ne pouvait pas être contre» l’idée d’un éventuel lien rapide, moderne et électrique entre Québec et Montréal, sans toutefois se prononcer spécifiquement sur le monorail.

«Pour moi, le monorail, c’est un rêve, c’est un concept, a-t-il nuancé. Aujourd’hui, je ne crois pas à ça parce que ça n’existe pas encore sur de longues distances. Je ne veux pas tuer l’initiative, c’est toujours une bonne chose d’être ouvert aux idées mais est-ce que ça fait du sens? Qu’est-ce que ça coûte et c’est quoi le gain», s’interroge-t-il.

– Avec la collaboration de Jean-Luc Lavallée