/news/society
Navigation

Une chanson pour intimider une élève

Une mère dont la fille de 6e année est victime d’intimidation refuse que son enfant retourne à l’école.

Une chanson pour intimider une élève

Coup d'oeil sur cet article

GATINEAU | Une mère de famille refuse que sa fille retourne à l’école après que des élèves de son école eurent composé une chanson pour l’intimider.

« T’es horrible. T’es stupide. Tu veux courir? Non, tu vas mourir », peut-on lire dans ce rap composé par une élève de 6e année d’une école de Gatineau.

Les paroles de cette chanson qui visent directement la jeune fille de 12 ans ont été imprimées en plusieurs copies et ont circulé dans toute l’école jeudi dernier.

« C’est inimaginable ce qu’un enfant peut écrire sur un autre enfant. C’est vraiment un geste gratuit », dit la mère qui souhaite conserver l’anonymat afin de protéger l’identité de sa fille.

Des craintes

La direction de l’école est intervenue rapidement la semaine dernière. Les élèves de 6e année ont dû écrire une lettre d’excuses.

L’auteure de la chanson a été suspendue une journée vendredi.

Depuis lundi, la dame refuse que sa fille retourne à l’école puisque l’élève qui l’aurait intimidée est dans la même classe.

« C’est pour sa sécurité. Je ne veux pas que ça arrive à un point où ma fille brise le silence en dedans d’elle et qu’elle commette des actes qu’elle ne devrait pas faire », s’inquiète la mère.

L’intimidation à l’école peut être lourd à porter. Un adolescent de 15 ans Simon Dufour s’est enlevé la vie la semaine dernière. Selon sa famille, il était intimidé depuis son primaire et n’en pouvait plus.

Plainte à la police

Devant l’intensité des propos écrits dans la chanson, la maman a porté plainte au Service de police de Gatineau, qui a ouvert une enquête.

« Ma fille est peinée, elle a de la difficulté à dormir. Elle se demande pourquoi ça lui arrive », s’insurge-t-elle.

La Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais dit prendre les cas d’intimidation très au sérieux.

La direction de l’école a offert à la mère d’accueillir sa fille dans un local avec surveillance où elle pourra compléter ses travaux.

-En collaboration avec TVA Gatineau-Ottawa