/sports/hockey
Navigation

Mike Keenan n’est plus directeur général à Kunlun

Après des débuts prometteurs durant l’été, Mike Keenan a perdu son poste de directeur général du Red Star de Kunlun, la seule formation chinoise en KHL.
Photo d’archives Après des débuts prometteurs durant l’été, Mike Keenan a perdu son poste de directeur général du Red Star de Kunlun, la seule formation chinoise en KHL.

Coup d'oeil sur cet article

Quand Mike Keenan a réussi un coup d’État chez le Red Star de Kunlun l’été passé en poussant le directeur général vers la sortie pour occuper les doubles fonctions de DG et d’entraîneur-chef, plusieurs croyaient qu’il était dans une situation parfaite. Une équipe remplie de talent et bien financée, Kunlun semblait être un prétendant certain aux séries éliminatoires et possiblement une force dans l’Association de l’Est. Keenan a ainsi entamé la grande révolution du hockey chinois, qui culminera par la sélection de l’équipe nationale pour les Jeux olympiques de 2022.

La saison 2017 n’est pas encore terminée et il semble que l’aventure chinoise de Keenan est sur le point de s’écrouler. L’équipe de Pékin montre une fiche de 12-24, bonne pour le 11e rang, à 10 points des séries éliminatoires. Avec ce dossier, ce n’était pas une surprise que Keenan ait perdu ses tâches de DG. En fait, il s’agit d’une surprise qu’il soit encore entraîneur. La dernière victoire du Kunlun remonte au 31 octobre, et la formation a perdu ses huit derniers matchs, dont un au compte de 8 à 1 face au SKA de Saint-Pétersbourg. Peut-être que la priorité du nouveau directeur Raitis Pilsetnieks sera de dénicher un nouvel instructeur ? Le Letton de 38 ans a également été nommé président de l’équipe.

Un bon début

La carrière de DG de Keenan a bien débuté, avec l’acquisition de Gilbert Brulé, en retour de l’attaquant suédois Richard Gynge, décevant. Brulé et l’autre attaquant canadien Wojtek Wolski sont les meneurs de l’attaque de Kunlun.

L’un des faits saillants du passage de Keenan comme directeur général a été sa dispute avec l’attaquant russe Konstantin Makarov, à qui il voulait imposer une baisse de salaire de 40 %. Makarov a déposé une plainte à l’Association des joueurs de la Ligue continentale russe (KHL), qui lui a permis d’avoir gain de cause. Il s’agissait d’une rare victoire pour l’Association et d’un moment gênant pour Keenan.

La décision de Keenan de se départir du défenseur canadien Geoff Kinrade a été difficile à comprendre. Kinrade, qui poursuivra sa carrière avec le Torpedo Nijni de Novgorod, est un candidat pour représenter le Canada aux Jeux olympiques, et il semble que ce changement n’était dû qu’à un cas de personnalités différentes.

Kunlun espère maintenant que Keenan se concentrera sur l’entraînement, sans qu’il n’ait à se battre dans l’eau trouble de la « business » russe. De savoir s’il a l’énergie et la volonté de sortir l’équipe du trou qu’elle s’est creusée, c’est une autre question.

Parenteau impressionnant

L’ancien de la Ligue nationale de hockey (LNH) Pierre-Alexandre Parenteau connaît des débuts fracassants avec l’Avtomobilist d’Iekaterinbourg, avec neuf points à ses huit premiers duels, menant l’équipe à une série actuelle de trois victoires. Malgré sa valeur évidente pour l’équipe, l’entraîneur-chef Vladimir Krikunov, bien connu pour son aversion pour les joueurs nord-américains, ne semble pas impressionné.

« Nous ne cernons pas bien Parenteau jusqu’ici, a dit Kirkunov après un revers en prolongation contre le Dynamo de Minsk. Il semble qu’il joue bien, passe, voit la glace, mais il ne bouge pas assez. Un joueur avec 500 matchs d’expérience dans la LNH devrait être plus actif. »

Parenteau ne devrait pas être découragé. La seule façon connue de rendre Kirkunov heureux est d’être Bélarus et de défaire la Suède aux Olympiques. Il était l’entraîneur de la Russie lors des Championnats du monde de 2005 et a dit d’Alexander Ovechkin qu’il était son pire joueur. Jusqu’ici, le Québécois semble être une excellente addition à l’équipe, qui connaît une rare saison gagnante.

Dix ans célébrés en grand

La LNH célèbre peut-être son 100e anniversaire avec un match extérieur à Ottawa, mais la KHL ne sera pas loin derrière. En fait oui, elle le sera puisqu’elle n’existe que depuis 10 ans, mais elle a mis en place quelques événements impressionnants pour célébrer, dont une Classique hivernale bien à elle.

Le premier match du genre dans l’histoire de la KHL a eu lieu hier à Helsinki, mettant en scène deux des meilleures équipes de la ligue, soit le Jokerit et le SKA. Le match a été joué dans un stade de soccer de 18 300 places, soulignant les 50 ans du Jokerit et les 100 ans de l’indépendance de la Finlande, qui s’est libérée des griffes de l’Empire russe.