/entertainment
Navigation

Consommation excessive d’alcool: attention à gueule de bois

Bottle and glasses of champagne holded by happy young friends
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Encore aujourd’hui, les chercheurs ne s’entendent pas sur les causes du lendemain de veille. Une première explication serait que, notre organisme, à la suite d’une consommation excessive d’alcool, actionne des mécanismes de défense provoquant une déshydratation et une baisse de sucre dans notre sang.

On avance aussi que l’un des produits de dégradation de l’alcool par le foie, soit l’acétaldéhyde, serait responsable de plusieurs des effets secondaires mentionnés précédemment.

Finalement, le fait de se sentir mal le lendemain pourrait être dû au fait que la qualité du sommeil est très perturbée lorsqu’on consomme trop d’alcool. Plus précisément, l’alcool peut causer de l’insomnie, des éveils à répétition et exacerber les troubles du sommeil.

Facteurs

Par ailleurs, le taux d’alcoolémie — et donc l’intensité du lendemain de veille — dépend du poids, du sexe, de la génétique et du rapport entre masse maigre et masse grasse. Ainsi, pour deux personnes de même poids, mais l’une avec de l’embonpoint et l’autre plutôt musclée, c’est la personne dont le pourcentage de gras dans le corps est plus élevé qui ressentira davantage les effets de l’alcool (2).

Au niveau du sexe, un homme qui boit la même quantité d’alcool qu’une femme aura généralement une concentration d’alcool dans le sang moins élevée que cette dernière, car son corps contient un plus petit pourcentage de tissus adipeux (graisse) et un plus grand pourcentage d’eau que celui des femmes.

Quant à l’âge, les adolescents sont plus à risque d’effets secondaires à long terme importants, parce que le développement du cerveau n’est vraiment achevé qu’après l’âge de 20 ans.

L’effet toxique de l’alcool varie aussi en fonction de ce qui est bu : les alcools colorés produiraient plus de substances néfastes (cognac, rhum brun, whisky, bourbon, etc.).

Pour prévenir la veisalgie

Limitez votre consommation d’alcool. En moyenne, il est suggéré que les femmes se limitent à 2 verres par jour et à un maximum de 10 verres par semaine, et les hommes à 3 verres par jour et à un maximum de 15 verres par semaine.

Buvez de l’eau entre chaque consommation d’alcool pour éviter la déshydratation

Évitez de boire l’estomac vide. À jeun, l’alcool d’une consommation standard est absorbé au bout de 20 à 30 minutes. Son effet se fait donc ressentir très rapidement.

Comme un foie sain élimine plus ou moins l’équivalant d’une bière ou d’un verre de vin à l’heure, maintenir ce rythme permet de mieux contrôler son alcoolémie.

Bon à savoir

« Le mot “veisalgie” viendrait du mot norvégien Kveis (inconfort succédant à la débauche) et du mot grec algia (douleur) » (1)

La veisalgie est le terme médical pour parler du lendemain de veille ou de la gueule de bois. Elle se manifeste par toute une série de symptômes, dont : fatigue, sensation importante de soif, sueurs, maux de tête, douleurs musculaires, nausées, vomissements, palpitations, étourdissements, tremblements, diminution de la concentration, irritabilité, anxiété, et autres. Ces symptômes sont à leur maximum de 12 à 14 heures après la consommation d’alcool.

Rappelez-vous que « la modération a bien meilleur goût ».

(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Veisalgie

(2) https://educalcool.qc.ca/

Nouvelle médicale

L’Opération Nez rouge s’est mise en branle le vendredi 1er décembre pour une 34e saison, et ce, d’un océan à l’autre. Jusqu’au 31 décembre prochain, l’Opération Nez rouge entrera en service dans 101 communautés au pays, dont 61 au Québec, pour nous proposer un retour à la maison sécuritaire. En vue de nous rendre la vie plus facile, on peut utiliser l’application mobile Desjardins. Cette application nous permet d’obtenir le temps d’attente pour 10 grands centres du Québec et le numéro de téléphone de notre centrale locale, de même que la possibilité de programmer une alerte pour planifier notre fin de soirée.

Quelques statistiques intéressantes : En 2016, il y a eu 58 700 raccompagnements effectués dans la province grâce au concours de 43 000 bénévoles. Et depuis 1984, l’Opération Nez rouge a remis plus de 20 millions $ à des organismes dédiés à la jeunesse ou au sport amateur.

https://www.operationnezrouge.com/identification-utilisateur