/sports/hockey
Navigation

La KHL sera probablement aux JO

Vladimir Poutine n’empêchera aucun athlète russe à participer aux Jeux olympiques de Pyeongchang.
Photo d’archives Vladimir Poutine n’empêchera aucun athlète russe à participer aux Jeux olympiques de Pyeongchang.

Coup d'oeil sur cet article

Le Comité international olympique a infligé une punition sans précédent à la Russie la semaine dernière. Un pays n’avait jamais été banni des Jeux pour dopage. Ce genre de sanction était normalement réservé pour des choses comme avoir commencé la Seconde Guerre mondiale ou avoir mis en place l’apartheid.

Les athlètes russes pourront tout de même participer aux JO, sans leur drapeau et leur hymne national et sous la bannière « Athlètes olympiques de Russie » (AOR).

La décision du CIO peut sembler molle, mais les Russes, n’ayant jamais admis avoir fait quoi que ce soit de mal devant des étrangers, l’ont perçu comme une claque au visage. Pendant un moment, le pays a sérieusement considéré boycotter les Jeux de Peyongchang. Le mot-clic #NoRussiaNoGames a été lancé. Des athlètes, des responsables sportifs, des célébrités et des animateurs de « talk-show » ont fait connaître avec force leur indignation patriotique. Cette liste inclut aussi le président Vladimir Poutine, qui a déjà dit que participer à une compétition sous un drapeau neutre serait un déshonneur que les Russes ne pourraient jamais accepter. Quand la sentence est tombée, les choses ont considérablement changé.

Conspiration

Ne voyant pas d’avantages politiques au boycott, Poutine a changé de discours. Il a réalisé que le triomphe de la Russie en dépit de la « conspiration du méchant occident » ferait de la bonne propagande. Il ne boycottera pas les Jeux et n’empêchera aucun athlète russe à y prendre part. Normalement, cela inclut l’équipe nationale de hockey. Quoique ni la Fédération russe de hockey ni la Ligue continentale (KHL) n’ont encore fait de commentaires.

Considérant que la KHL a déjà menacé d’empêcher tous ses joueurs de se rendre à Pyeongchang, une annonce officielle serait la bienvenue. Cela dit, il faut mentionner qu’une seule personne en Russie prend ce genre de décision, et elle a déjà parlé. Il serait extrêmement étonnant que la position de la KHL diffère de celle de Poutine. Juste avant l’annonce du président, tous les membres de l’équipe masculine avaient signé une lettre qui demandait de ne pas boycotter les Jeux.

Le débat fait toujours rage en Russie, mais les partisans du « drapeau avant tout » perdent du terrain face au camp des proparticipations. Le fait que les dirigeants Vladislav Tretiak et Dmitry Chernyshenko sont sanctionnés par le CIO complique par ailleurs les choses pour la fédération de hockey russe et pour la KHL.

Chernyshenko, qui était à la tête du comité organisateur des Jeux de Sotchi, ce qui le rend complice dans le scandale de dopage, est banni à vie du mouvement olympique. Boycotter les Jeux et faire du tournoi de hockey un événement mineur lui aurait permis de se venger.

De plus, selon le lanceur d’alerte Grigory Rodchenkov, les autorités russes auraient mis de la pression sur lui pour doper l’équipe de hockey. Rodchenkov a résisté puisqu’il croyait que les joueurs russes évoluant dans la LNH passaient trop de temps à l’extérieur du pays et risquaient d’être démasqués. Toujours selon Rodchenkov, l’entraîneur et le médecin de l’équipe nationale connaissaient l’existence du système de dopage et ont participé au débat. Il est presque inconcevable que Tretiak eût été exclu de ces discussions, ce qui en fait un complice.

Il est donc compréhensible que les dirigeants du hockey russe préfèrent ne pas faire de vague en attendant l’annonce de la participation des hockeyeurs en tant que AOR. Contredire Poutine et mettre en colère toutes les vedettes de la KHL ne vaut pas le coup pour Tretiak et Chernyshenko. Même constat pour des gens encore plus puissants qu’eux, comme le président du SKA de Saint-Pétersbourg et ami personnel de Poutine, Gennady Timchenko.

Pour ce qui est de la formation de l’équipe, il semble qu’elle sera principalement constituée de joueurs du SKA et du CSKA de Moscou. Ces deux formations avaient été bourrées de talent pour assurer une bonne connexion au sein des trios et des duos défensifs. Mes amis, voilà comment fonctionne la parité dans la KHL.

Admiral en danger

Encore l’histoire d’une équipe de la KHL au bord du gouffre. L’Admiral de Vladivostok aurait 20 millions $ de dettes en plus d’être poursuivi par plusieurs contracteurs. Le danger de faillite est bien réel. Le club a réussi à respecter les règles de la KHL en payant les joueurs, mais les sommes versées ne sont que des fractions des salaires réels. Selon Sport-Express, les joueurs étrangers sont furieux et s’apprêteraient à s’en aller.

Le chiffre de la semaine : 9

Neuf joueurs canadiens participeront au match des étoiles de la KHL. Marc-André Gragniani et Zach Boychuck patineront pour l’équipe Bobrov. Brandon Kozun représentera l’équipe Tarasov. Chris Lee, Chay Genoway et Paul Szczechura s’aligneront avec l’équipe Kharlamov tandis que Kevin Dallman, Nigel Dawes et Linden Vey feront partie de l’équipe Chernyshev.