/lifestyle/books
Navigation

Le Tricycle rouge de Vincent Hauuy: sombre secret mis à jour

Vincent Hauuy
Photo courtoisie Ariane Galateau Vincent Hauuy

Coup d'oeil sur cet article

Concepteur de jeux vidéo, Vincent Hauuy a imaginé un thriller s’articulant entre le Québec et le Nord-Est des États-Unis pour son premier roman, Le Tricycle rouge. Son style percutant et son imagination ont ravi le jury du prix du meilleur thriller français, présidé par l’auteur à succès Michel Bussi.

Noah Wallace, le héros de cette histoire sombre, est un homme usé, l’ombre du brillant profileur qu’il était avant de perdre sa femme et sa carrière lors d’un accident. Mais une carte postale trouvée sur le lieu d’un crime au Québec l’implique directement... et le ramène à une série de meurtres commis cinq années auparavant.

En parallèle, à New York, la journaliste-blogueuse Sophie Lavallée enquête sur un reporter disparu dans les années 1970. Est-il possible que les deux affaires soient liées par un seul – et sombre – secret ?

Concours

Français établi au Québec depuis cinq ans, Vincent Hauuy, un concepteur de jeux vidéo, avait déjà créé des personnages, écrit quelques nouvelles, des scénarios de jeux de rôle, avant de se lancer dans ce concours. « J’avais quelques manuscrits qui étaient plus du domaine de l’imaginaire, de la fantasy, et l’ébauche d’un thriller. Je cherchais à me faire éditer et je regardais aussi des alternatives à l’édition, et c’est là que je suis tombé sur WattPad. J’ai vu que Fyctia était une sorte de pendant français de Wattpad qui offrait une édition à la clé. Ils ont annoncé leur partenariat avec Michel Bussi. J’ai écrit dans la durée du concours, qui a duré trois mois. Mon histoire a d’abord séduit le public et à la fin, c’est le jury constitué d’éditeurs et de Michel Bussi qui m’a choisi. »

Pourquoi le thriller ? « Même quand j’écrivais de la science-fiction ou de la fantasy, il y avait toujours une composante forte de thriller, parce que j’en ai lu beaucoup et Stephen King est un des auteurs qui m’a donné envie d’écrire. » Ce genre lui va parfaitement bien : chapitres courts, rythme rapide et efficace, nombreux rebondissements.

« Style incisif »

« Je fais exprès d’adopter un style incisif, coupé au scalpel. Je ne suis pas le genre d’auteur qui va beaucoup s’étendre sur les descriptions, parce que j’essaie de maintenir un rythme assez rapide pour faciliter l’adhésion du lecteur. Et moi, c’est ce que j’aime lire. »

Il s’est inspiré de nombreux lieux bien connus des Québécois pour construire son intrigue... « J’habitais à Lac-Beauport quand je l’ai écrit. Je n’habitais pas loin du centre nautique, donc la scène était facile à imaginer. J’allais souvent aussi à l’île d’Orléans. (...) J’aime bien le setting de l’Amérique du Nord. »

La SQ travaille de concert avec la Vermont State Police dans ce roman où l’action se déroule tant au Québec qu’à Burlington, dans le Vermont, et dans plusieurs municipalités de l’État de New York. « La trame qui sous-tend toute l’histoire implique le Canada et les États voisins du Canada, surtout le Vermont. »

Ce premier thriller au succès éclatant a d’abord été publié en France avant d’être lancé au Canada chez Hugo et cie. La réponse des lecteurs a été fabuleuse. « Je ne m’attendais pas à avoir un si gros succès : j’avoisine les 40 000 en termes de ventes. Il y a une très bonne réponse pour un premier roman ! » Son prochain livre – présentement en écriture – sortira en France en avril.

  • Vincent Hauuy est concepteur de jeux vidéo.
  • Il a remporté le prix du meilleur thriller français, présidé par l’auteur à succès Michel Bussi, en soumettant son manuscrit sur la plateforme Fictya.
  • Il habite et travaille à Montréal­­­.