/news/currentevents
Navigation

Le 40e anniversaire des Hells Angels a fini tard

Le 40e anniversaire des Hells Angels a fini tard
Photo Agence Qmi, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Une centaine de Hells Angels ont célébré dimanche jusqu’au petit matin, à la cabane à sucre Handfield de Saint-Marc-sur-Richelieu, en Montérégie, le 40e anniversaire de leur présence au Québec.

Situé tout près, le motel Saint-Hilaire a accueilli sept Hells Angels ce soir-là. Ceux-ci sont revenus de la fête vers 4 h du matin. Ils ne sont restés que quelques heures, le dernier ayant quitté les lieux vers 13 h 15 en laissant un bon pourboire, étant donné qu’il avait dépassé l’heure de départ du motel.

« Ç’a été l’un de mes samedis soir les plus tranquilles », raconte la responsable des lieux, Huguette Chagnon.

Des policiers de la Gendarmerie royale du Canada l’avaient avertie mercredi dernier de la venue du groupe dans la région.

« Quand j’ai vu ça, je me demandais comment ça allait finir, cette histoire-là, se rappelle-t-elle. Finalement, ils ont été très polis et très propres. »

Les Hells Angels sont arrivés à la cabane à sucre vers 17 h, sous l’œil attentif des policiers de l’Escouade régionale mixte de la Sûreté du Québec. Les policiers en ont profité pour renflouer leur banque de renseignements et noter les plaques d’immatriculation.

Membres en règle

Plusieurs membres en règle du groupe ont pu être observés par les policiers, comme Salvatore Cazetta du chapitre de Montréal, Éric Bouffard du chapitre South et Bernard Plourde du chapitre de Trois-Rivières.

Au motel Le Transit, à Mont-Saint-Hilaire, 15 chambres étaient réservées pour les Hells Angels. En tout, 25 d’entre eux y ont dormi après la fête, dont certains sont revenus à 5 h, à l’aube. Ils sont partis assez tôt, dimanche matin.

À l’hôtel Les Trois Tilleuls, à Saint-Marc-sur-Richelieu, trois chambres étaient réservées pour le groupe de motards. Le maître d’hôtel a quitté les lieux à 3 h du matin et personne n’était encore rentré de la cabane à sucre.

Selon des voisins de la cabane à sucre, la fête tirait à sa fin vers 2 h 30 du matin. Ils n’ont remarqué qu’une plus forte présence policière dans la rue.

Ambiance rock

Des employés qui nettoyaient les lieux le lendemain ont constaté que le groupe avait consommé plus d’alcool que leurs autres clients ayant fait des réservations. L’un d’eux parlait de cinq à six caisses de bière et d’au moins quatre caisses de vin. Toutefois, le nombre d’invités était lui aussi plus élevé qu’à l’habitude.

Selon les employés, l’ambiance était résolument plus rock et agitée.

« Nous n’avons pas eu de retour des policiers et des enquêteurs pour un événement particulier », rapporte Audrey-Anne Bilodeau, porte-parole de la SQ. Cela ne veut toutefois pas dire que rien ne s’est passé, précise-t-elle.