/news/politics
Navigation

2018 sera une année difficile, reconnait la péquiste Lorraine Richard

Lorraine Richard
Capture d'écran TVA Nouvelles Lorraine Richard

Coup d'oeil sur cet article

SEPT-ÎLES | La baisse de popularité du Parti québécois dans les sondages n’ébranle pas la députée de la circonscription de Duplessis, Lorraine Richard. Elle se présentera aux prochaines élections, mais reconnaît que l’année 2018 sera difficile pour son parti.

Lors d'une entrevue accordée à TVA Nouvelles, la représentante de la deuxième plus grande circonscription du Québec, qui englobe notamment Sept-Îles, a affirmé avoir toujours le feu sacré de la politique.

«J’adore ce travail!» a-t-elle confié.

Même si les derniers sondages placent sa formation politique au troisième rang des intentions de vote des Québécois, la députée du Parti Québécois se sent d’attaque pour amorcer une année électorale déterminante.

«J’ai toujours cru au Parti Québécois et j’y crois encore plus. [...] Il y a un moment difficile à passer. Je pense qu’on va le traverser ensemble», a affirmé Mme Richard, en rappelant que tous les partis doivent traverser de bons et de mauvais moments.

Lorraine Richard a commenté la rumeur voulant que l’ex-candidat à la mairie de Sept-Îles, Russel Tremblay, soit intéressé à se porter candidat pour la Coalition Avenir Québec. Russel Tremblay a milité pendant plusieurs années au sein de l’exécutif du Parti Québécois de Duplessis avant d’abandonner son implication peu avant la campagne électorale municipale.

«Peut-être que monsieur Russel Tremblay, comme beaucoup de Québécois, voit une opportunité parce qu’on dit que la CAQ a monté dans les sondages, qu’elle pourrait former le gouvernement. Moi, je trouve que c’est de l’opportunisme, c’est le pouvoir à tout prix. Ça ne semble pas être quelqu’un qui a des convictions. On verra pour la suite des choses», a-t-elle soutenu.

Ni Russel Tremblay, ni la Coalition Avenir Québec n’ont voulu préciser leurs intentions ou commenter la rumeur.

Quant à Lorraine Richard, qui accuse les libéraux de s’être désintéressés de la Côte-Nord, elle a dit être prête à se battre pour obtenir un sixième mandat de suite comme députée.

Lors des élections générales de 2014, elle avait obtenu une avance d'environ 350 voix sur son adversaire libérale Laurence Méthot.