/sports/hockey
Navigation

Vers une réduction du nombre d’équipes

Le président de la Ligue continentale, Dmitry Chernyshenko, est à la tête d’une ligue où la parité est à peu près inexistante.
Photo d’archives Le président de la Ligue continentale, Dmitry Chernyshenko, est à la tête d’une ligue où la parité est à peu près inexistante.

Coup d'oeil sur cet article

La Ligue continentale de hockey (KHL) est en congé cette semaine en raison de la présentation de la Coupe Channel One, l’étape de Moscou de la grande tournée européenne de hockey.

Cette compétition sert à préparer les équipes en vue des plus grands tournois internationaux. Le Canada a d’ailleurs vaincu la Corée du Sud par la marque de 4 à 2, mercredi.

Pour sa part, la KHL utilise ce temps libre pour tenir sa réunion des dirigeants servant à évaluer la progression du plan de développement prévu sur sept ans qui en est présentement à sa troisième année.

Sur la majorité des aspects, le président de la ligue, Dmitry Chernyshenko, s’est même félicité pour l’état dans lequel se retrouve le circuit. Il utilise notamment l’augmentation de 20 % des assistances du CSKA de Moscou, l’un des clubs les plus reconnus de Russie, pour motiver son enthousiasme.

Le fait que les assistances soient encore faibles (moins de 4000 personnes) et que cette « augmentation » soit attribuable au fait que l’équipe est remplie de vedettes est passé sous silence.

Le manque de véritable compétition est probablement le problème majeur cette saison, comme l’ont mentionné les joueurs de l’équipe russe qui prennent part à la Coupe Channel One (en partie les mêmes joueurs qui seront aux Jeux olympiques). Cette équipe est formée presque uniquement de joueurs du CSKA et du SKA de Saint-Pétersbourg.

La KHL a consciemment décidé d’ignorer la parité et de créer deux équipes qui s’entraînent en quelque sorte pour les Jeux de Pyeongchang dans le but de donner une meilleure chance aux Russes de remporter la médaille d’or.

Méthode du passé

En d’autres mots, la méthode utilisée à l’époque soviétique est de retour.

Tout de même, Chernyshenko a promis des changements. Selon ses commentaires émis après la réunion, la ligue désire toujours retirer trois équipes, probablement d’ici 2018.

La contraction aura bel et bien lieu, selon les hauts dirigeants de la ligue, et se basera sur les moyennes d’assistance, les finances, l’état de l’aréna, la visibilité médiatique et les résultats sur la patinoire.

Le classement des équipes n’est pas dévoilé au public, mais selon quelques médias russes, le Lada de Togliatti et le Lougra de Khanty-Mansiysk seraient parmi les équipes qui disparaîtraient.

L’Admiral de Vladivostok serait également en danger en raison de ses problèmes financiers.

Le fait que le Severstal de Cherepovets, l’une des équipes cendrillon cette année, soit également dans les rumeurs a semé la colère et a forcé Chernyshenko à clarifier la situation.

Plafond salarial

La création d’un plafond salarial, ce que toutes les équipes, sauf le SKA et le CSKA, désirent depuis les débuts de la ligue a également été promis.

Chernyshenko prévoit l’instaurer en 2020, mais la raison du délai est plutôt imprécise. La limite est censée être fixée autour de 10 millions $ avec la possibilité d’avoir deux joueurs vedettes exclus du calcul.

La taxe punitive, qui a permis au SKA de remplir sa formation de vedettes, devrait être éliminée.

Chernyshenko a également mentionné un possible réaménagement des sections. Il y en aurait six composées de quatre équipes, afin d’augmenter le nombre de matchs avec de grandes rivalités.

Les plus sceptiques croient qu’il veut seulement se débarrasser des deux associations afin de s’assurer que le SKA et le CSKA s’affrontent en grande finale chaque année.

Aux jeux olympiques

Finalement, la question de l’équipe nationale a également été abordée et la KHL en a effrayé certains en revenant sur son affirmation voulant que les joueurs allaient pouvoir participer aux Olympiques.

Les journalistes rapportent toutefois que la décision de donner la chance aux joueurs d’y participer est déjà prise. La ligue serait seulement bloquée dans l’énorme bureaucratie russe.

Étrangement, un des enjeux qui empêcheraient les dirigeants de faire l’annonce finale est leur incapacité à décider ce qu’ils feront avec les uniformes. Les chandails russes ont déjà été livrés, mais ne pourront pas être utilisés, car on y retrouve le logo du pays.

Il semble donc que cet enjeu est assez important pour mettre tout le processus en pause.

Il est tout de même très prudent de dire que l’équipe des athlètes olympiques de Russie sera présente à Pyeongchang.

Keenan parti, Wolski échangé

L’attaquant canadien Wojtek Wolski a été échangé la semaine dernière par le Red Star de Kunlun au Metallurg de Magnitogorsk en retour du défenseur américain Nick Shaus.

Wolski, un ancien joueur de la LNH qui a connu ses meilleures années au Colorado, effectue donc un retour avec le Metallurg, où il a passé les deux dernières saisons.

Selon le directeur général de Kunlun, Wolski a seulement signé un contrat en Chine pour jouer sous les ordres de Mike Keenan. Maintenant que ce dernier ne fait plus partie de l’organisation, Wolski n’avait plus de raison d’y rester.

Le Metallurg était très content de le retrouver, tandis que Schaus ne faisait plus partie des plans de l’organisation.

Le chiffre de la semaine: 2

Il s’agit du nombre d’équipes dans la KHL qui possèdent une moyenne d’assistance plus élevée que 10 000 spectateurs. Le SKA et le Dynamo de Minsk attirent environ 11 700 amateurs par match.

Le fait que ces deux équipes jouent dans des arénas comparables à ceux de la LNH aide grandement. Le Red Star de Kunlun, qui attire environ 3000 spectateurs par match, ne devrait pas disparaître même si la ligue veut réduire le nombre d’équipes.