/news/currentevents
Navigation

Québec investit un million de dollars pour contrer l’exploitation sexuelle des jeunes

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC – Le gouvernement Couillard a annoncé lundi un investissement de 1 millions de dollars sur cinq ans dans 19 projets visant à prévenir l’exploitation sexuelle des jeunes.

Près d’une vingtaine d’organismes d’un peu partout au Québec se partageront ce financement pour réaliser un de leurs projets.

«Grâce à ce programme, les organismes bénéficient de ressources supplémentaires afin de mettre en place des projets adaptés à leur réalité locale», a expliqué le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux.

Cet investissement s’inscrit dans le Programme de prévention et d'intervention en matière d'exploitation sexuelle des jeunes (PPI). Les subventions accordées aux organisations seront renouvelables pour la durée du programme, soit jusqu'en 2020-2021.

Cela permettra notamment à l’organisme Squat Basse-Ville, où se déroulait l’annonce gouvernementale à Québec, d'avoir 60 000$ de plus pour consolider ses activités et embaucher un travailleur ou une travailleuse de rue.

Mode de financement problématique

La directrice générale du Squat Basse-Ville, Véronique Girard, a profité de la présence dans ses locaux du ministre Coiteux et de son collègue ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, pour les sensibiliser aux difficultés qu'amène le mode de financement par projet.

Si ces rares occasions de financement permettent de répondre à des besoins spécifiques, il y a aussi le «revers de la médaille», a-t-elle souligné en conférence de presse.

«Plusieurs projets voient le jour, mais annuellement, plusieurs projets tombent aussi parce que le financement est venu à échéance, et que les possibilités de les refaire financer sont minimes, malgré la persistances des besoins, a déploré Mme Girard. Ce phénomène crée une grande perte d’expertise au sein des organismes communautaires.»

«C’est vrai que les besoins sont grands », a reconnu le ministre Coiteux, avant de faire valoir que le financement par projet s’ajoute aux programmes de financement récurrent existants.

- Avec Agence QMI