/news/provincial
Navigation

Le bus a atteint sa limite, selon le RTC

Le bus a atteint sa limite, selon le RTC
PHOTO DIDIER DEBUSSCHÈRE

Coup d'oeil sur cet article

Les autobus ne suffisent plus à la tâche à Québec, sur les grandes artères aux heures de pointe, et contribuent même à empirer la congestion, constate le RTC.

Les investissements réalisés dans les années 2000 ont donné «un peu de souffle» au Réseau de transport de la capitale (RTC), a expliqué en comité plénier mardi son directeur général, Alain Mercier. «Ça nous a donné un bon 15 ans d'élan.» Mais ils ne suffiront plus, insiste-t-il.

«On sait que la côte d'Abraham, on arrive à la fin. René-Lévesque, les voies réservées sont à capacité. Dans le secteur Laurier, on arrive à la fin de notre capacité de se donner de l'air. Si on ne fait pas autre chose, on va juste continuer dans notre congestion et il y a un moment qui va arriver où on ne pourra plus transporter plus de monde.»

Le maire, Régis Labeaume, abonde dans le même sens et affirme que l'investissement a atteint sa limite. «Ça va coûter beaucoup plus cher pour aller chercher de nouveaux clients dorénavant. (...) Une fois qu'avec des autobus articulés tu atteins l'optimum que tu peux faire, tu tombes dans le transport structurant, c'est évident.»

Il attaque au passage la solution préconisée par le chef de l'opposition, Jean-François Gosselin, qui continue de marteler que l'autobus est la solution pour Québec parce qu'on peut ajouter des véhicules en fonction de la demande. «C’est simple de dire qu’on ajoute des autobus, ça veut dire que tu ne te creuses pas ben ben la tête pour savoir comment ça devrait fonctionner, a asséné le maire. Ajouter des autobus à la queue leu leu, on le sait que ça ne marche plus. Ça n’améliore pas le système. C’est une pensée très simpliste.»

Gosselin sceptique

Jean-François Gosselin n'accepte pas cet argument. Il ne croit pas que les autobus du RTC s'agglutinent les uns derrière les autres sur les grandes artères, causant ainsi encore plus de congestion. «Je n'embarque pas là-dedans.»

Il se demande comment réseau structurant pourrait faire une différence. «Si je compare l'autobus avec ce qu'ils sont sur le point de nous proposer, un transport structurant, je ne vois pas comment ça va améliorer. Je demande à être convaincu.» Quand on lui fait remarquer que la capacité d'une rame de tramway est plus grande que celle d'un autobus, M. Gosselin émet des doutes. «Ça reste à être démontré.»

Capacité triple

Le tramway «a une capacité qui est presque le triple d'un bus articulé ordinaire», rétorque le président du RTC, Rémy Normand.

«Je l'invite à venir sur René-Lévesque avec moi aux heures de pointe, le matin et en fin d'après-midi. Ou dans la côte d'Abraham. Sur le boulevard Laurier aussi. Il y a des endroits dans la ville où tout le monde qui a des yeux pour voir constate qu'on se congestionne nous-mêmes», lance-t-il à l'intention du chef de l'opposition.

Capacité des divers modes de transport en commun

  • Autobus régulier: 65 passagers
  • Autobus articulé: 110 passagers
  • Autobus biarticulé (SRB): 150 passagers
  • Rame de tramway (43 mètres de long): 300 passagers