/slsj
Navigation

Un premier budget «prudent» pour la mairesse Josée Néron

Le taux de taxation augmentera de 4,1% l’an prochain, contre 3,8 % en 2017

La mairesse Josée Néron et le président de la Commission des finances de Saguenay, Michel Potvin, ont présenté, mercredi midi, leur premier budget.
Photo Pierre-Alexandre Maltais La mairesse Josée Néron et le président de la Commission des finances de Saguenay, Michel Potvin, ont présenté, mercredi midi, leur premier budget.

Coup d'oeil sur cet article

Le premier budget présenté mercredi midi par l’administration de Josée Néron comporte des hausses de taxes de 4,1 % et est qualifié par le mairesse de « prudent et conservateur ».

Les élus de Saguenay ont ainsi adopté à l’unanimité un budget de 339 058 790 $, en hausse de plus de 14 millions $ par rapport à l’an dernier. Le plan triennal d’investissement 2018-2019-2020 a également été entériné mercredi midi.

Parmi les faits saillants de ce premier exercice financier dévoilé par la mairesse et le président de la Commission des finances de la Ville, Michel Potvin, on note cette hausse de 102 $ du compte de taxes municipal, basé sur le prix moyen des maisons établi à 206 913 $ pour 2017-2018.

La tarification des services augmente également de 30 $ l’an prochain, soit 10 $ pour l’eau potable, la collecte des matières résiduelles et les égouts.

La création d’une réserve financière évaluée à 3,4 millions $ en 2018 et financée en partie par une somme de 1,1 million $ retirée de l’enveloppe destinée à Promotion Saguenay devrait permettre à la Ville de se donner un coussin financier pour faire face aux imprévus en plus de faire baisser l’enveloppe du financement des activités de fonctionnement.

Des sommes annuelles de 500 000 $ seront aussi prélevées à même les profits d’Hydro-Jonquière et sur d’éventuels surplus fiscaux de la Ville pour un total d’un million $ par année destinés à cette réserve. Ces sommes seront réévalués aux cinq ans.

Cette nouveauté est considérée comme « la marque de commerce » de ce premier budget par la mairesse Josée Néron.

Le fardeau fiscal lié à l’évaluation foncière pour les contribuables s’élève quant à lui à 2,9 %, et à 1,9 % pour les immeubles commerciaux et industriels. « Il faut arrêter de taxer l’emploi », estime la mairesse.

SERVICE DE LA DETTE

La plus grosse part du budget est consacrée cette année au paiement de la dette à long terme, qui devrait connaître une hausse de 9 % d’ici un an.

Plus de 50,6 millions $ sont prévus pour payer la charge, qui s’élèvera à 429 millions $ au 31 décembre, et qui devrait passer à 468 millions $ à la même date l’an prochain. Ce poste budgétaire représente 0,21 $ pour chaque 1 $ récolté en taxes municipales.

Ce qu’on a eu comme pratique de gestion depuis deux ans n’a pas du tout aidé. On peut facilement interpréter que du montant de la dette de 468 millions $, il y a 150 millions $ qui a servi à payer l’épicerie. C’est 12 à 15 millions $ par année qui ont été mis sur la dette », a expliqué Josée Néron.

« On paye 12 millions $ pour l’épicerie, et l’épicerie commence à coûter cher », a aussi lancé Michel Potvin.

Le deuxième poste budgétaire qui connaît la plus forte augmentation concerne la Sécurité publique de Saguenay. Les pompiers et policiers auront droit à 3 M$ de plus en 2018, principalement pour couvrir les frais liés à la création de huit nouveaux postes permanents et de huit nouveaux employés surnuméraires.

DONS ET COMMANDITES

Parmi les réorientations budgétaires du nouveau conseil, une réforme du programme de dons et commandites est également dans les plans de l’administration Néron.

Les grands projets comme un nouveau Centre Georges-Vézina ou encore un soccerdôme sont aussi mis sur la glace, le temps pour le nouveau conseil de trouver des terrains d’ententes avec les différents paliers de gouvernement.

Ça va prendre des projets très bien structurés. Un projet de 30 M$ dans lequel on paie 4-5 M$, c’est faisable, mais un projet de 30 M$ dans lequel on paie 25 M$, ce n’est pas faisable. Il faut vraiment faire des investissements qui auront des retombées économiques. Même si quelqu’un me dit que la Place du Citoyen a des retombées... il va falloir repasser », note Michel Potvin.

 

Le budget 2018 en chiffres

  • Budget : 339 M$, en hausse de 14 M$
  • Hausse du compte de taxes : 102 $
  • Augmentation de 2,9 % du fardeau fiscal
  • Augmentation des revenus de la Ville : 4,4 %
  • Hausse de la tarification : 30 $
  • Montant de la dette : 468 M$
  • Enveloppe discrétionnaire abolie par la mairesse : 4 M$
  • Somme retirée de Promotion Saguenay : 1,1 M$
  • Bonification du budget déneigement : 1 M$