/slsj
Navigation

L'ex-entraîneur Richard Martel officiellement candidat pour le Parti conservateur

Richard Martel a été confirmé candidat conservateur mercredi matin.
Capture d'écran TVA Nouvelles Richard Martel a été confirmé candidat conservateur mercredi matin.

Coup d'oeil sur cet article

Le Parti conservateur du Canada est convaincu d'avoir mis la main sur un joueur étoile qui va lui procurer une victoire aux prochaines élections dans Chicoutimi-Le Fjord.

Richard Martel a été confirmé candidat conservateur mercredi matin, et son caractère enflammé et passionné a ravi les membres de son parti.

«Je suis fier de joindre le Parti conservateur en raison de sa rigueur, et je vais en politique pour gagner. Je veux servir les gens de Chicoutimi-Le Fjord. C'est comme mon équipe, et je vais me battre pour eux», a-t-il lancé avec un enthousiasme qui a ravi le lieutenant politique des conservateurs au Québec, Alain Rayes, et son collègue de Québec, Gérard Deltell.

Ex-entraîneur des Saguenéens de Chicoutimi, Richard Martel avait été approché par un ancien joueur, Antoine Tardif, maintenant directeur des opérations du parti au Québec. Un choix à première vue...surprenant.

«Quand on m'a parlé de Richard Martel, je suis venu les yeux..., a admis Gérard Deltell, en joignant le geste à la parole. Faut dire que mon passé de partisan des Remparts est encore récent.»

«Imaginez la fougue qu'il va amener lorsqu'il parlera au nom des gens de son comté», a-t-il ajouté, plus sérieux.

La recrue avait été invitée à Ottawa, où il a rencontré le caucus, le chef Andrew Scheer, et assisté aux débats de la Chambre. Martel a été conquis par la rigueur des conservateurs, même si un séjour dans l'opposition est le prix à payer pour s'y joindre.

«L'opposition, c'est là que tu apprends, c'est là que tu attaques! Tout ça dans le but de prendre le pouvoir éventuellement!»

Le candidat, dont le caractère flamboyant, passionné et émotif est bien connu des amateurs de hockey, reconnaît qu'il ne pourra grimper sur les banquettes du parlement. Ce qui ne l'empêchera pas de s'exprimer, haut et fort au besoin.

«Ce que j'ai aimé des conservateurs, c'est qu'ils m'encouragent à être moi-même. Si je ne suis pas à l'aise avec le langage, que j'utilise mes mots. Je veux parler au nom des gens avec mon cœur.»

«Richard Martel est authentique comme les gens l'attendent d'un député», a renchéri Alain Rayes.

Richard Martel dévoilera sa plate-forme ces prochaines semaines. Il est contre la légalisation du cannabis, favorable à un nouvel amphithéâtre à trois glaces, et déplore l'improvisation du gouvernement Trudeau. L'élection partielle, pour lui, est une séance d'entraînement avant le vrai match.

«On va gagner l'élection générale en 2019! », promet-il.