/news/society
Navigation

Un tour du monde à prix d’ami

Un policier et une infirmière s’envolent avec seulement 30 000 $ en poche pour 14 mois

voyage tour du monde sac à dos
Photo Prisca Benoit Sandra Desjardins, 35 ans, et Jean-Charles Goulet, 40 ans, ont décidé de quitter leur train-train quotidien pour explorer le monde. Ils documentent leur voyage sur un blogue portant leurs noms.

Coup d'oeil sur cet article

Pas besoin d’être millionnaire pour faire le tour du monde. Un couple de Blainville s’apprête à s’envoler pour 14 mois avec un budget de seulement 30 000 $.

Depuis deux ans, Sandra Desjardins et Jean-Charles Goulet planifient le rêve de leur vie. Le 5 janvier, ils quitteront leur bungalow pour visiter les cinq continents.

« Les gens pensent que ça prend un gros salaire pour faire ce qu’on fait, pourtant, on est loin d’être riche », estime la femme de 35 ans.

Pour réaliser ce tour de force, M. Goulet a profité d’un programme de congé différé comme policier à Laval. Pendant deux ans, il n’a vécu qu’avec 66 % de son salaire d’environ 80 000 $ par année. Sa conjointe a dû laisser son emploi d’infirmière, elle qui gagnait près de 60 000 $ par année.

Auberges de jeunesse

« Avant ça, j’ai réussi à mettre toute ma carte de crédit à zéro, raconte Mme Desjardins. Tout de suite après, j’ai vu une différence. Je me suis mise à économiser sur plein de petites choses, comme le café à 5 $ le matin ou le nouveau mascara inutile. »

Le couple ne fréquentera pas les grands hôtels et les restos luxueux. Il préfère les auberges de jeunesse et les locations Airbnb, quitte à ne pas savoir où dormir le soir venu.

« Ce qui nous fait triper, c’est de sortir de notre zone de confort, poursuit l’homme de 40 ans. On veut être complètement dépaysé. »

Pour leur première escale à Hawaï, le duo a déniché des billets d’avion à seulement 400 $. Là-bas, ils ont loué une fourgonnette qui leur servira également de maison avec Turo, un site de location d’autos qui s’apparente à Airbnb, pour 60 $ la journée.

Vivre l’inconnu

C’est le seul segment de leur voyage qui est réservé. Tout le reste est laissé à l’inconnu.

« On a 36 pays dans notre itinéraire, mais on pense qu’on va le respecter seulement à 70 % », croit le policier.

Le couple compte adapter sa façon de voyager en fonction des pays qu’il visite. Par exemple, au Japon, il sait qu’il se déplacera en autostoppeurs.

« C’est très mal vu de laisser quelqu’un sur le bord de la route là-bas, alors on est presque assuré de nous faire embarquer tout de suite », rigole M. Goulet.

Leur maison à Blainville sera louée meublée durant leur absence. Quant aux voitures, ils comptent les vendre avant le grand départ.

Plusieurs ont critiqué leur calcul financier, disant que, comme ils n’auront pas de salaire, ils allaient perdre bien plus que les 30 000 $ qu’ils ont prévu dépenser.

« Nous, on pense plutôt qu’avec le coût de la vie ici, ça nous serait revenu plus cher que 30 000 $ de passer un an au Canada », croit Mme Desjardins. Certaines destinations qu’ils visiteront sont si abordables qu’on peut y manger un repas pour à peine 30 cents, ajoute son conjoint.

Les destinations des deux globe-trotteurs