/sports/hockey
Navigation

Le retour de l’année

Claude Giroux a travaillé fort au cours de l’été afin de retrouver ses moyens.
Photo d’archives Martin Chevalier Claude Giroux a travaillé fort au cours de l’été afin de retrouver ses moyens.

Coup d'oeil sur cet article

Claude Giroux ne veut pas parler du passé. Lorsqu’on lui demande si le fait qu’il est maintenant en santé a un impact important sur ses succès cette saison, il ne veut tout simplement pas s’étendre sur le sujet. Il ne veut pas utiliser d’excuses pour ses insuccès de la saison dernière (14 buts, 44 passes en 82 matchs), mais le fait qu’il ait été opéré à une hanche à l’été 2016 l’avait grandement ralenti.

Selon lui, ce qui est plus important, c’est qu’il a redoublé d’efforts l’été dernier, et aujourd’hui, il en récolte les fruits. C’est du moins ce qu’il m’a indiqué lors du passage des Flyers en Floride cette semaine. « J’ai pris les choses au sérieux cet été, pas que je ne le faisais pas avant, mais cette fois j’ai engagé un entraîneur pour améliorer mon coup de patin et aussi un second pour travailler sur mes habiletés. Avant, je sautais sur la glace à la fin du mois de juillet ; cette année, j’y étais en juin. J’ai mis beaucoup de temps sur la glace et dans le gymnase, et ça explique pourquoi je me sens beaucoup mieux aujourd’hui. Je souhaitais surtout améliorer mon équilibre sur la glace et aussi améliorer ma prise de décision avec la rondelle. Aujourd’hui, cela rapporte. »

CHANGEMENT NÉCESSAIRE

Un changement important attendait aussi Claude Giroux. Après avoir commencé le camp d’entraînement à sa position naturelle de centre, il a terminé le mois de septembre à l’aile et son joueur de centre était Sean Couturier. « La connexion a été immédiate avec Sean, » souligne Claude Giroux. À l’exception de quelques présences ici et là en fin de rencontre, les deux francophones ne se retrouvaient que très rarement sur la glace. « On s’est toujours dit qu’on souhaitait éventuellement jouer ensemble, affirme Sean Couturier. Au fond, on savait que ça allait fonctionner parce que ça cliquait toujours entre nous. On était honnêtement excité de cette possibilité. »

FAUSSES RUMEURS ?

Giroux a aussi entendu les différentes informations qui circulaient selon lesquelles les Flyers tentaient de l’échanger. Ces rumeurs avaient commencé à circuler il y a près d’un an avant la date limite des transactions et s’étaient poursuivies jusqu’au dernier repêchage. Mais le principal intéressé croit qu’il n’en était rien. « J’ai une très bonne relation avec Ron Hextall (DG des Flyers) et je suis convaincu que s’il avait tenté de m’échanger, il me l’aurait dit, » s’est contenté de révéler le capitaine des Flyers en abordant ce dossier délicat. Il faut dire qu’il a une clause complète de non-mouvement dans son contrat et que si Ron Hextall avait réellement eu des intentions en ce sens, il aurait été forcé de lui en parler.

VERS SA MEILLEURE SAISON

Aussi incroyable que cela puisse paraître, Giroux qui aura 30 ans le 12 janvier se dirige vers sa meilleure saison en carrière. Si la tendance se maintient, il pourrait terminer la saison avec 98 points. En 2011-2012, il avait obtenu 93 points, dont 28 buts. « Je sais que je peux encore être meilleur, affirme l’ancien attaquant des Olympiques de Gatineau. Le feeling est bien différent dans la chambre parce qu’on joue beaucoup mieux. Même si on ne gagne pas tous nos matchs, je sens qu’on joue beaucoup mieux qu’au début de la saison. La grande différence pour nous c’est qu’on est toujours en position de gagner en troisième période, ce qui n’a pas toujours été le cas. »

COUTURIER EN FEU

Sean Couturier connaît sa meilleure saison offensivement dans la LNH. Il amasse près d’un point par match en moyenne depuis le début octobre, lui qui joue sur un trio offensif pour la première fois à sa septième saison avec les Flyers. « Les joueurs qui jouent sur les deux premiers trios pensent différemment sur la glace, souligne-t-il. À ma première saison, je jouais avec Joey Shelley et Zac Rinaldo. Disons qu’ils avaient d’autres objectifs que les miens, mais c’est correct parce que je voulais aider l’équipe. » La semaine dernière, je vous parlais de Braydon Point du Lightning qui devait être un candidat au trophée Selke, avec Patrice Bergeron des Bruins. Je vous dirais qu’il faudrait aussi ajouter celui de Sean Couturier.

LUONGO BIENTÔT ?

Roberto Luongo n’accorde pas encore d’entrevues depuis qu’il s’est blessé au bas du corps le 4 décembre, mais un objectif qu’il a en tête est de revenir en janvier. Il n’a pas encore recommencé à patiner avec ses coéquipiers, mais a quand même sauté sur la glace à quelques reprises depuis. Il a encore de la difficulté à marcher, ce qui nous donne une bonne idée de la gravité de la blessure ; mais il est optimiste pour revenir à cent pour cent. Luongo avait été opéré à la hanche à la fin de la dernière saison.

CHANGEMENT DE STRATÉGIE

Lorsque le propriétaire des Golden Knights, Bill Foley, a obtenu sa franchise, il croyait que son équipe allait participer aux séries à sa troisième saison et gagner la coupe à sa sixième. Même si, mathématiquement, la formation de Las Vegas n’est pas encore assurée de participer aux séries, ce n’est qu’une formalité. Reste que les Golden Knights ont huit joueurs autonomes sans compensation présentement et l’objectif du directeur général, George McPhee, avait été de les échanger avant la date limite des transactions. Ce n’est plus le cas. Il est maintenant évident qu’il tentera d’en arriver à une entente avec ses meilleurs joueurs comme David Perron, Jonathan Marchessault et James Neal. Maintenant, il sera intéressant de voir ce que fera cette équipe en série. Si elle demeure en santé d’ici là, on pourrait être très surpris.