/sports/hockey
Navigation

Des besoins essentiels

Pour aider les Panthers de la Floride, cette saison, le défenseur Aaron Ekblad (5) a sacrifié un peu d’attaque pour se concentrer sur son jeu défensif.
Photo d’archives Martin Chevalier Pour aider les Panthers de la Floride, cette saison, le défenseur Aaron Ekblad (5) a sacrifié un peu d’attaque pour se concentrer sur son jeu défensif.

Coup d'oeil sur cet article

Les responsabilités sont de plus en plus grandes sur les épaules de quelques joueurs des Panthers de la Floride qui ont vu plusieurs coéquipiers d’impact quitter durant la morte-saison. À la ligne bleue, Aaron Ekblad se retrouve avec des charges beaucoup plus importantes et c’est la même chose pour l’attaquant Jonathan Huberdeau.

Dans le cas d’Ekblad, il doit maintenant se concentrer presque uniquement sur son jeu défensif s’il veut permettre aux Panthers de remporter des matchs. Il forme une paire avec Keith Yandle et leur rôle est très simple : empêcher les meilleurs joueurs adverses de marquer.

Le temps de glace d’Ekblad est maintenant de 24 minutes en moyenne par rencontre, une hausse de 2 minutes 30 par rapport à la saison dernière.

« Pour être très honnête avec vous, je trouve ça très plaisant de jouer contre des joueurs comme Sidney Crosby, Alexander Ovechkin et Taylor Hall. D’avoir la responsabilité de freiner des joueurs avec autant de talent est une chance unique. C’est vraiment ce que je veux faire », a dit Ekblad à ce sujet.

« Keith Yandle et moi connaissons un certain succès, malgré la difficulté de notre boulot. Je me concentre donc sur mon jeu défensif avant de penser à amasser des points. »

Justement, avant le match de dimanche soir, Ekblad n’avait pas amassé de points à ses onze derniers matchs, lui qui n’a recueilli que six buts et six mentions d’aide en 40 matchs cette saison.

HUBERDEAU PENSE ATTAQUE

Si Ekblad pense à son jeu défensif, Jonathan Huberdeau pense beaucoup plus à ce qu’il doit faire offensivement. Avec le départ de Jonathan Marchessault (Golden Knights), Reilly Smith (Golden Knights), Jaromir Jagr (Flames) et Jussi Jokinen (Kings), il est évident que le récipiendaire du trophée Calder en 2013 doit être plus productif et c’est exactement ce qui se produit pour lui, alors qu’il se dirige vers une saison de 77 points, ce qui serait évidemment un sommet pour lui en carrière.

« Je suis arrivé au camp d’entraînement en me disant que je devais être plus constant. On m’a aussi demandé de tirer plus souvent au filet et c’est ce que je fais. La preuve, c’est que je n’ai amassé qu’une seule passe à mes dix derniers matchs, affirme-t-il en riant. C’est vrai qu’on a perdu beaucoup de joueurs, mais ça ne peut pas servir d’excuses non plus. »

Multiplier les points était évidemment une priorité pour Huberdeau. Mais évidemment qu’il ne peut y arriver seul et c’est pourquoi il a grandement besoin d’un des meilleurs joueurs de l’équipe, Aleksander Barkov.

« Il y a trois semaines, notre trio passait beaucoup trop de temps dans notre zone parce qu’on se concentrait uniquement sur notre jeu défensif. J’en ai parlé à Aleksander et on a regardé des vidéos de ce qui nous apportait du succès il y a deux saisons. L’équipe a besoin qu’on ait un impact offensivement et on a compris qu’il fallait passer plus de temps en zone adverse. »

RIEN D’ACQUIS

Les Panthers et le Canadien ont réellement des points en commun. On parle de deux équipes qui ont subi des changements importants durant la saison morte et elles savent que pour espérer participer aux séries, il faudra qu’elles remportent en moyenne trois matchs sur quatre. Même si la tâche est énorme, personne dans le vestiaire des deux équipes pense que l’objectif est impossible à réaliser. Reste qu’il faudra qu’un petit miracle survienne et que les victoires commencent à s’accumuler et rapidement.

Le manque de production à l’attaque est réellement ce qui fait mal aux Panthers et au Canadien depuis le début de la saison, sans compter les blessures aux deux gardiens numéro un qui ont eu un impact important et qui fait encore mal aux Panthers.

C’est terminé pour Jagr

Jaromir Jagr en a assez des Flames et, si tout se passe comme prévu, le divorce sera prononcé cette semaine. Après avoir été traité comme un roi par les Panthers au cours des dernières saisons, le joueur de 46 ans a eu un temps de glace moyen de 13 minutes (il était de 17 minutes lors de ses trois saisons en Floride) dans les 22 matchs qu’il a disputés avec les Flames et son niveau de frustration est tel qu’il veut maintenant quitter Calgary. Les Blues avaient démontré un léger intérêt pour lui l’été dernier et avec les nombreux blessés à St. Louis, il est évident que son nom circule. Mais avouons qu’il serait surprenant que Jagr se trouve un autre emploi, lui qui pourrait toucher un bonus de 350 000 $ s’il dispute 45 matchs cette saison. Pour ce qui est de sa participation aux Jeux olympiques le mois prochain, Jagr avait pris sa retraite au niveau international il y a quelques années, mais il pourrait changer d’idée.

La fin des cadeaux

Les athlètes qui évoluent aux États-Unis ont reçu un cadeau empoisonné du gouvernement américain avec le nouveau système d’imposition. D’abord la bonne nouvelle, le taux d’imposition au fédéral passera de 39,6 % à 37 % pour ceux qui gagnent plus de 500 000 dollars. Par contre, ils devront maintenant payer de l’impôt sur leurs frais de déménagement, défrayés normalement par les équipes, lorsqu’ils sont échangés. Les montants qu’ils paient à leurs agents ne seront plus déductibles, tout comme leurs déductions syndicales. Il y a aussi un plafond sur les déductions des taxes municipales et sur les intérêts d’un emprunt hypothécaire.

MCDAVID INCOMMODÉ ?

Le 23 décembre, Connor McDavid a été forcé de quitter le match en fin de troisième période face au Canadien après avoir bloqué un tir de Jeff Petry avec sa cheville gauche. Les radiographies ont démontré qu’il n’y avait pas de fracture mais depuis, on ne sent pas Connor McDavid aussi explosif. Il n’a amassé que quatre passes à ses six derniers matchs (avant la rencontre de dimanche) et même s’il est en mesure de jouer près de 20 minutes en moyenne par rencontre, McDavid n’est que l’ombre de lui-même. Une mauvaise nouvelle pour les Oilers qui ont grandement besoin de victoires présentement.