/news/society
Navigation

Les autochtones du Québec subissent de la discrimination systémique, selon une étude

Coup d'oeil sur cet article

Les autochtones du Québec sont victimes de discrimination systémique, indique une étude de l’Institut de recherche et d’informations socio-économique (IRIS), notamment parce qu’ils subissent encore aujourd’hui les «effets du colonialisme» au pays.

«Qu'on parle d'emploi, de revenus, de logement ou encore d'éducation, les données nous montrent que les autochtones vivent de très grandes inégalités par rapport au reste de la population du Québec», a souligné l’auteure de l’étude, Julia Posca, dans son analyse des conditions de vie des autochtones au Québec.

Parmi les indicateurs qui inquiètent, l’étude de l'IRIS met notamment l’accent sur les revenus, le logement et l’éducation.

Mais la situation de l’emploi chez ces nations est particulièrement évocatrice. En 2016, le taux de chômage des autochtones était de 14,8 % chez les hommes et de 9,3 % chez les femmes. Chez les non autochtones, la situation était bien meilleure: seulement 5,2 % des femmes et 6,8 % des hommes actifs étaient au chômage.

Par ailleurs, un autochtone sur cinq vit dans un logement qui a un urgent besoin de réparations. La situation est plus inquiétante encore lorsqu’on porte une attention particulière aux autochtones vivant à l’intérieur d’une communauté, où le taux de logement problématique double, voire triple, par rapport à ceux à l’extérieur.

«Les piètres conditions de vie des Autochtones ne surprennent personne, mais les données confirment, preuves à l'appui, la discrimination systémique qui perdure [...]», a dit Mme Posca.
Ghislain Picard à l’aise avec le terme

Le chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard, est «tout à fait d’accord» avec l’utilisation du terme «discrimination systémique» pour décrire le traitement réservé par l’appareil gouvernemental aux autochtones.

«Le système est fautif, mais certaines personnes qui l’entretiennent aussi», a-t-il ajouté, lors d’une entrevue téléphonique.

M. Picard croit d’ailleurs que la commission Viens, qui se penche sur les relations entre les autochtones et certains services offerts par l’État québécois, permettra de jeter un nouvel éclairage sur cette discrimination systémique.

«Il y a encore beaucoup de choses à dire, beaucoup de constats à faire par rapport à la façon dont le système répond à la réalité des membres de nos nations», a-t-il dit.

Le rapport de la commission Viens est attendu au plus tard le 30 novembre 2018.