/news/politics
Navigation

Lettre ouverte sur le TGF: une signataire dit avoir été «manipulée» par la CAQ

Le nom de la présidente générale de la Chambre de commerce et d’industrie de Trois-Rivières, Amélie St-Pierre, s’est retrouvé aux côtés de celui du député caquiste de Deux-Montagnes Benoit Charette (photo) dans cette missive où l'on demande au gouvernement Couillard d'appuyer le projet de train à grande fréquence (TGF) de VIA Rail.
Photo d'archives, Simon Clark Le nom de la présidente générale de la Chambre de commerce et d’industrie de Trois-Rivières, Amélie St-Pierre, s’est retrouvé aux côtés de celui du député caquiste de Deux-Montagnes Benoit Charette (photo) dans cette missive où l'on demande au gouvernement Couillard d'appuyer le projet de train à grande fréquence (TGF) de VIA Rail.

Coup d'oeil sur cet article

La Chambre de commerce et d’industrie de Trois-Rivières assure qu’elle ne savait pas que la CAQ cosignerait la lettre ouverte demandant au gouvernement Couillard d’appuyer le projet de train à grande fréquence de VIA Rail.

«Je me sens manipulée», lance la directrice générale de l’organisme, Marie-Pier Matteau.

Le nom de la présidente générale de la Chambre de commerce et d’industrie de Trois-Rivières, Amélie St-Pierre, s’est retrouvé aux côtés de celui du député caquiste de Deux-Montagnes, Benoit Charette, dans cette missive visant à interpeller le gouvernement Couillard.

Marie-Pier Matteau rappelle que la Chambre est apolitique et qu’elle aurait refusé de cosigner avec un parti politique s’il en avait été informée. «Il n’a jamais été question qu’on cosigne avec la CAQ, assure-t-elle. [...] Jamais la Chambre de commerce et d’industrie de Trois-Rivières aurait cosigné avec la CAQ. On n’a jamais fait de politique et on n’en fera jamais.»

«Petite politique»

«Je sens qu’il y a eu manipulation de la CAQ», répète-t-elle. Marie-Pier Matteau estime que la signature du député a été ajoutée au moment d’envoyer la lettre aux médias. «Ça, je ne le prends pas. Elle n’était pas dans la lettre, cette signature-là», dit-elle.

Marie-Pier Matteau qualifie la manœuvre de «petite politique». «Si j’avais pris position en ce sens, je l’aurais assumé», assure-t-elle.

Sans demander d’excuses formelles, la directrice générale estime que la CAQ devrait «à tout le moins indiquer qu’ils n’ont jamais clairement dit qu’ils étaient pour signer cette lettre-là».

La CAQ nie

De son côté, la CAQ nie avoir ajouté sa signature à l’insu de la Chambre de commerce et d’industrie de Trois-Rivières.

La formation de François Legault a d’abord affirmé avoir sollicité l’appui de l’organisme via la Fédération des chambres de commerce du Québec, ce que cette dernière a démenti. La CAQ a ensuite précisé qu’un membre du bureau de direction de la FCCQ, André Komlosy, a géré la coordination du dossier, mais en son propre nom.

Ce dernier affirme que les organismes approchés savaient que la lettre était une initiative de la CAQ. «Est-ce que ça a été dit qu’il serait signataire ? Ça, honnêtement, je ne le sais pas», concède-t-il.