/opinion/blogs/columnists
Navigation

Plus de pitounes à la F1

Plus de pitounes à la F1
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les mannequins sur les grilles de départ de la F1, c'est fini.

https://www.journaldemontreal.com/2018/01/31/f1-les-mannequins-sur-les-grilles-de-depart-cest-fini

Une autre tradition qui meurt au combat, au nom de la rectitude politique.

Faut vraiment que le féminisme occidental se cherche des causes pour diriger ses foudres envers des sujets aussi superficiels que des pitounes de F1. (Pendant que les féministes occidentales hurlent au sexisme à cause d'une demi-douzaine de demoiselles en micro-short, elles se taisent devant le sort des femmes iraniennes forcées de porter le voile).

Ces jeunes femmes sont-elles des victimes ? Sont-elles forcées à déambuler ainsi devant de rutilants véhicules en montrant leur belle carrosserie ? Sont-elles enchaînées à leur boulot ou le font-elles de plein gré?

Je trouve niaiseuse cette manie de toujours placer des pitounes pour vendre des cossins (que ce soit un événement sportif ou une bouteille de bière). Mais ce n'est pas le symbole du patriarcat dominateur qui exploite à la lie la sexualité de pauvres petites femmes sans défense. Et quand on me dit que les "grid girls" ont été retirées de la F1 dans le sillage du mouvement #moiaussi, je trouve ça un tantinet exagéré.

Parce que des gros cochons ont sorti leur bizoune ou rentré leur bizoune de façon inapproprié, la société va faire disparaître de l'espace publique toute femme qui se montre en décolleté ou gagne sa vie en montrant un bout de cuisse ?

Vous avouerez que c'est quand même ironique qu'en 2018 on stigmatise des femmes qui font exactement ce que prônaient les féministes des années 70: "Mon corps m'appartient, j'en fais ce que je veux" et "Libérons-nous sexuellement, célébrons la beauté du corps féminin, et assumons complètement que nous sommes en pleine possession de notre potentiel sexuel".

Il y a 50 ans, les femmes se libéraient du diktat des curés qui leur disaient : "Cachez ce sein que je ne saurais voir".

En 2018, les femmes se plient au diktat des nouveaux curés qui leur disent : "Surtout ne sois pas un objet sexuel".

C'est la nouvelle pudeur, la nouvelle vertu, le nouveau commandement.