/news/currentevents
Navigation

Cinq ans de prison pour un accident mortel

Arrêté trois fois pour conduite avec facultés affaiblies, le multirécidiviste a tué un homme de 32 ans

La voiture conduite par la victime Maxime Coupal après l’accident du 19 juin 2017 à Sainte-Julie, en Montérégie.
Photo d'archive, Agence QMI La voiture conduite par la victime Maxime Coupal après l’accident du 19 juin 2017 à Sainte-Julie, en Montérégie.

Coup d'oeil sur cet article

Un multirécidiviste de l’alcool au volant qui n’avait pas le droit de conduire seul purgera cinq ans de prison pour avoir causé un accident qui a coûté la vie à un fils modèle en juin dernier.

Jason Stevens se rendait chez ses parents à Québec le 19 juin dernier. Vers 2 h du matin, il a voulu changer de voie sur l’autoroute 20 à la hauteur de Sainte-Julie en raison des travaux.

L’homme de 42 ans, qui avait 236 mg/100 ml dans le sang, soit trois fois la limite permise alors que c’était tolérance zéro pour lui, a percuté l’arrière de la voiture de Maxime Coupal, 32 ans. Ce dernier est mort sur le coup lorsque sa voiture a frappé un camion de camion de signalisation.

Selon le rapport du coroner, la victime présentait lui aussi des traces d’alcool et de drogue dans le sang, mais la juge Magali Lepage n’a pas tenu compte de ces informations en prononçant sa sentence.

Jason Stevens a plaidé coupable lundi à Longueuil de conduite avec facultés affaiblies causant la mort.

« Je prends la responsabilité de mes actes. Je peux vous promettre que ça n’arrivera plus », a-t-il dit.

Pas nouveau

Jason Stevens n’en était pas à ses premiers démêlés avec la justice.

« Deux fois, M. Stevens a été reconnu coupable de conduite avec des facultés affaiblies en 1995 et 1999. Tout semble indiquer que ce dernier n’a pas tiré de leçon de ses erreurs du passé », a expliqué la magistrate lundi au palais de justice de Longueuil.

« Maxime occupait une grande place dans ma vie. Il veillait sur moi. J’ai été obligée de quitter mon emploi au CLSC en raison de l’arthrite. Il m’aidait financièrement avec l’épicerie. Depuis qu’il est décédé, c’est très difficile pour moi. Je me sens désemparée par la situation et je suis seule pour vivre tout cela », a écrit la mère de la victime, Raquel Velasquez.

En détention depuis le mois de juin, M. Stevens devra purger quatre ans de détention à compter de mardi, lui qui a déjà purgé huit mois de détention qui comptent en temps et demi.