/news
Navigation

Des rivières encore sous surveillance

La journée de mercredi sera critique avant le retour du froid

La rivière des Mille Îles à Terrebonne faisait partie des cours d’eau qui étaient sous la surveillance des autorités mardi. Le niveau de l’eau était à 22 centimètres du seuil d’inondation.
Photo martin alarie La rivière des Mille Îles à Terrebonne faisait partie des cours d’eau qui étaient sous la surveillance des autorités mardi. Le niveau de l’eau était à 22 centimètres du seuil d’inondation.

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs municipalités sont sur un pied d’alerte, parce que des rivières menacent de sortir de leur lit mercredi en raison du redoux et de la pluie qui tombe sur le sud du Québec.

La situation est particulièrement préoccupante en Estrie et en Montérégie, où des embâcles pourraient se créer.

Les rivières Châteauguay, Coaticook, des Hurons, des Mille Îles et quatre autres cours d’eau font l’objet d’une surveillance intensive de la part des municipalités.

Le redoux qui touche le sud de la province culminera mercredi avec des températures qui atteindront jusqu’à 9 degrés Celsius à Montréal et de la pluie, a indiqué Environnement Canada.

Le ministère de la Sécurité publique avait l’œil mardi sur les éventuelles créations d’embâcles.

« Nous surveillons attentivement plusieurs petits et moyens cours d’eau qui pourraient déborder mercredi [aujourd’hui] », a expliqué le porte-parole du ministère, Thomas Blanchet.

Hydro-Météo

« On anticipe que la majorité des cours d’eau atteindront leur maximum de niveau [mercredi] entre 9 et 21 h », a expliqué mardi dans un bulletin Hydro-Météo, une firme spécialisée qui mesure l’épaisseur de la glace et le niveau des eaux partout en province.

Selon son directeur des opérations, Pierre Corbin, le dégel rapide des derniers jours peut entraîner le détachement de gros morceaux de glace qui pourraient par la suite obstruer le passage de l’eau à certains endroits dans les rivières, ce qui provoquerait un débordement.

Toutefois, le temps plus froid prévu à partir de jeudi pourrait aider.

« Cela ne veut pas dire qu’il y aura embâcle, mais les risques sont plus grands quand le dégel se fait rapidement, comme cela a été le cas depuis les derniers jours », a expliqué M. Corbin.

Prévu le coup

En Montérégie, la rivière des Hurons, qui longe notamment Saint-Mathias-sur-Richelieu, fait partie de celles qui risquent de déborder.

Le superviseur des travaux publics de la municipalité, Réginald Brousseau, a dit qu’il avait prévu le coup.

« En janvier, nous avons profité du redoux qui a duré trois jours pour sortir la neige avec une pelle mécanique. Cela nous assure qu’il n’y aura pas d’obstruction au passage de l’eau », a-t-il expliqué.

Même s’il était convaincu que la crue ne représente aucun danger, l’homme qui travaille depuis 30 ans aux travaux publics de Saint-Mathias-sur-Richelieu a patrouillé toute la journée de mardi.

– Avec l’Agence QMI