/sports/jo
Navigation

Relais 3000 m: pénalisé, le Canada rentre bredouille

Marianne St-Gelais, Valérie Maltais, Kim Boutin et Kassandra Bradette étaient incrédules lorsqu'elles ont appris la décision des arbitres.
Photo Didier Debusschère Marianne St-Gelais, Valérie Maltais, Kim Boutin et Kassandra Bradette étaient incrédules lorsqu'elles ont appris la décision des arbitres.

Coup d'oeil sur cet article

Bienvenue à L’heure des quilles! Dans une fin en rebondissements propre à cette épreuve, l’équipe canadienne a été pénalisée dans les derniers instants de la finale du relais féminin en patinage de vitesse sur courte piste pour être créditée du huitième rang, mardi au Palais des glaces de Gangneung.

Les Coréennes ont fait exploser le toit de l’amphithéâtre lorsque la finisseuse de l’équipe a procuré la victoire devant les Chinoises...qui ont également été disqualifiées. L’Italie a donc hérité de la médaille d’argent et les Néerlandaises, après avoir remporté la finale B, ont conséquemment été promues sur la troisième marche du podium.

Les Canadiennes? Recalées au dernier rang des huit pays qualifiés pour cette course.

«Je ne m’attendais pas du tout à ça. Je suis super déçue de ce résultat-là. On a travaillé super fort et notre course était «malade», honnêtement. Je n’ai pas de mot parce qu’on ne méritait pas du tout cette disqualification-là», a commenté Marianne St-Gelais.

Marianne St-Gelais, Valérie Maltais, Kim Boutin et Kassandra Bradette étaient incrédules lorsqu'elles ont appris la décision des arbitres.
Photo Didier Debusschère

Chute et pénalité

Une course avec de multiples imprévus comme seule ce type d’épreuve sait nous y convier. Formé également de Kim Boutin, Valérie Maltais et Kassandra Bradette, le quatuor canadien livrait une course selon les règles de l’art et menait même avec cinq toujours à jouer. Tout a cependant basculé dans les secondes suivantes.

Marianne St-Gelais, Valérie Maltais, Kim Boutin et Kassandra Bradette étaient incrédules lorsqu'elles ont appris la décision des arbitres.
Photo Didier Debusschère

Après qu’une Coréenne qui venait de transmettre le relais une coéquipière eut chuté, Maltais a tenté en vain de l’éviter et a dévié du tracé avant de finir sa glissade dans les matelas protecteurs. La suite s’est transformée en une obligation pour St-Gelais à reprendre un tour complet afin de réparer l’erreur involontaire de Maltais, avant de relayer Boutin pour terminer la course. Boutin a ensuite été pénalisée pour avoir causé de l’obstruction à l’endroit d’une

Coréenne et d’une Chinoise qui, elles, luttaient dans les derniers mètres de leur course.

«Ils (les arbitres) ont considéré que Kim étaient dans leurs jambes (à la Coréenne et la Chinoise). Moi, ce que je vois, c’est qu’elle n’a pas nui à personne», a analysé l’entraîneur-chef de l’équipe féminine, Frédéric Blackburn.

 

Marianne St-Gelais, Valérie Maltais, Kim Boutin et Kassandra Bradette étaient incrédules lorsqu'elles ont appris la décision des arbitres.
Photo Didier Debusschère

Incrédulité

N’eut été de cette faute, les Canadiennes auraient été décorées de la médaille de bronze même si elles avaient terminé quatrième. La disqualification des Chinoises leur aurait ouvert la porte. À l’écran géant, on a vu les visages des quatre Québécoises incrédules lorsqu’elles ont entendu la décision des arbitres.

«On avait l’objectif d’être les premières avec deux tours à faire. Il en restait six et on était devant», a analysé calmement Blackburn.

«Ce que je trouve le plus triste, c’est que les filles étaient vraiment compétitives. Elles ont mis tellement d’efforts durant les quatre dernières années. Avec l’intensité que les filles ont mis, elles étaient prêtes pour essayer de le gagner. Ça aurait été une méchante fin de course.»

Ce match s’inscrira comme un nouveau classique dans l’histoire de cette épreuve. Dans les 26 derniers relais féminins au total des Jeux olympiques et des championnats du monde, la Chine a gagné 13 médailles d’or et la Corée 12. Le seul titre d’un quatuor canadien remonte aux championnats du monde en 2005.

Charles Hamelin disqualifié au 500 mètres

Marianne St-Gelais, Valérie Maltais, Kim Boutin et Kassandra Bradette étaient incrédules lorsqu'elles ont appris la décision des arbitres.
Photo Didier Debusschère

 C’en est fait pour la carrière individuelle de Charles Hamelin aux Jeux olympiques. Disqualifié dès la première ronde éliminatoire du 500 m, hier, le vétéran de l’équipe canadienne sortira de Pyeongchang avec au mieux une médaille au relais masculin de jeudi.

«J’ai le sentiment d’être triste de ne pas pouvoir continuer au 500 m, ma meilleure distance. Ce n’est pas comme ça que je me sentais. Je me sentais capable d’en faire beaucoup plus dans le 500 m. Le feeling que j’ai sur la glace ne reflète pas comment j’ai patiné», a commenté le patineur de 33 ans, qui avait aussi été disqualifié en demi-finale du 1000 m et en finale du 1500 m.

Un peu bizarre

À ses quatrièmes et derniers Jeux olympiques, le Montréalais devra donc se limiter au relais de 5000 m lors du dernier programme au Palais des glaces. Sa sortie non espérée d’hier était encore trop récente pour réaliser qu’il s’agissait de sa dernière course individuelle.

«Ça fait un peu bizarre. Disons que je n’y pense pas beaucoup actuellement parce qu’il reste encore une course à faire aux Olympiques. Peut-être que ce sera autre chose après cette course-là. Je ne pense pas que je dois m’arrêter à ce feeling que j’ai après ma dernière course individuelle. Ce 500 m que je viens de patiner ne décrit pas ma carrière. J’ai écrit ma carrière durant toute ma vie et c’est de l’ensemble des 15 dernières années que je dois me souvenir et non principalement la course que j’ai faite aujourd’hui (hier).»«C’est important qu’il se retrouve avec ses «boys», qu’il leur montre qu’il est là pour eux. Le titre de champion olympique est encore possible», a trouvé en ces mots sa conjointe Marianne St-Gelais pour le consoler.

Pas de problème aux qualifications du 1000 mètres

Marianne St-Gelais, Valérie Maltais, Kim Boutin et Kassandra Bradette étaient incrédules lorsqu'elles ont appris la décision des arbitres.
Photo Didier Debusschère

Les Québécoises Valérie Maltais, Marianne St-Gelais et Kim Boutin ont toutes accédé aux quarts de finale de l’épreuve du 1000 mètres en patinage de vitesse courte piste, mardi, aux Jeux olympiques de Pyeongchang.

Les trois athlètes ont en effet franchi le fil d’arrivée de leur vague respective des qualifications dans les deux premières.

Maltais (01:30,773) a terminé deuxième de la quatrième vague, dominée par l’Italienne Arianna Fontana (01:30,773). St-Gelais (01:30,512) a elle aussi pris le deuxième rang de sa vague, la septième, derrière la Sud-Coréenne Kim Alang (01:30,459). Puis finalement, Boutin (01:32,402), qui a déjà remporté deux médailles de bronze lors de ces Jeux, a remporté la huitième vague.

La championne du monde en titre, la Britannique Elise Christie, a semblé subir une blessure lors d’une chute au premier départ de la cinquième vague avant de recevoir un carton jaune lors de la reprise de la course et ainsi voir son parcours se terminer.

Les finales se dérouleront jeudi.

– Avec l'Agence QMI