/news/currentevents
Navigation

Un futur enseignant accusé pour avoir «trollé» sur les réseaux sociaux

Justin Parent-Bois, 24 ans, a été accusé d'avoir tenu des propos indécents sur une page Facebook dédiée aux nouvelles mamans.
Photo Facebook Justin Parent-Bois, 24 ans, a été accusé d'avoir tenu des propos indécents sur une page Facebook dédiée aux nouvelles mamans.

Coup d'oeil sur cet article

Un troll de 24 ans qui aspire à devenir enseignant a appris à ses dépens que tout propos n’est pas bon à tenir, surtout si ceux-ci sont indécents et qu’ils se disent en public via les réseaux sociaux.

Justin Parent Bois a fait un petit sourire à son père lorsqu’il a été amené, menotté, dans la boîte des accusés pour faire face aux gestes qu’il a posés à trois reprises entre les 4 et 6 octobre 2017.

À ces dates, le jeune homme qui espère devenir professeur s’est rendu sur la page Facebook «Devenir mère», une communauté qui compte quelque 12 000 membres. Celle-ci «regroupe des mamans qui échangent sur différents sujets à propos des enfants» et qui publient, à l’occasion, des photos de leurs bambins.

Le 4 octobre, vers 20h20, une première maman qui désirait obtenir des suggestions pour faire une sortie à Québec s’est fait répondre par Parent Bois: «Dors avec la petite Jade (prénom fictif), tu vas voir, ma la garder moi ta belle Jade xoxoxox jme leche déjà les babines mmmmm ma la border Jade (sic)».

Selon l’affidavit, dont Le Journal a obtenu copie, le troll se serait alors fait «traiter de pédo par d’autres mères sur le forum», ce à quoi Parent Bois a répondu que «ces propos ne seraient jamais acceptés au Tribunal comme preuve».

Deux jours plus tard, vers 21h40, l’accusé a publié sur le site Facebook un commentaire qui donne froid dans le dos.

«Estiiiii que j’ai le goût de fourer, tabarnak, vous auriez pas des enfants à me faire garder quelqu’un que je me vide la poche».

Puis, un peu plus tard en soirée, alors qu’il se trouvait toujours sur le forum de discussion, il a écrit à une maman «qu’il aime les enfants xoxo».

Le 8 octobre, le Cybertip, qui est «une chambre de compensation qui reçoit des rapports du public et rassemble des informations sur l’exploitation sexuelle en ligne des enfants», a transmis l’information au Service de police de la Ville de Québec, qui a déclenché l’enquête.

Comme le jeune homme ne possède pas d’antécédent judiciaire, le procureur aux poursuites, Me Michel Bérubé, ne s’est pas opposé à la remise en liberté du troll.

Ce dernier devra toutefois s’abstenir de se trouver sur les réseaux sociaux, de posséder un ordinateur ou encore d’accéder à internet sauf sur un ordinateur appartenant à son père pour poursuivre son cours universitaire à distance en enseignement.