/slsj
Navigation

Qui a tué l’ex-maire Jean Tremblay?

Il accepte de se prêter à un scénario d’Escaparium Saguenay

Dans « Le Mystère Jean Tremblay », nouveau thème du jeu d’évasion proposé par Escaparium Saguenay, l’ancien maire maintenant à la retraite est la victime d’un meurtre sordide.
Capture d'écran, TVA Nouvelles Dans « Le Mystère Jean Tremblay », nouveau thème du jeu d’évasion proposé par Escaparium Saguenay, l’ancien maire maintenant à la retraite est la victime d’un meurtre sordide.

Coup d'oeil sur cet article

Même s’il profite de sa retraite, Jean Tremblay n’a pas fini de nous étonner alors qu’il a accepté de devenir le personnage central d’un jeu d’évasion où le but est de trouver... le meurtrier de l’ex-maire de Saguenay.

Les propriétaires d’Escaparium Saguenay, ce jeu d’évasion en équipe situé sur la rue Racine qui passe par la résolution d’énigmes, avaient convié la presse jeudi pour présenter la vedette de leur dernier scénario.

Pour ce nouveau thème, « Le Mystère Jean Tremblay », l’ancien maire est la victime d’un crime sordide. Les participants ont assassiné Jean Tremblay par jalousie et doivent cacher les preuves de ce meurtre avant de se faire prendre.

TOUCHE LOCALE

En acceptant de se prêter au jeu, M. Tremblay dit d’abord avoir été séduit par le concept des jeux d’évasion.

« Il y a quelque chose d’envoûtant dans ça. Les gens ont l’habitude d’être sur internet, isolés, à faire des jeux un peu seuls. Mais là, on joue en équipe, humainement. Il y a de l’ambiance », souligne M. Tremblay pour expliquer sa décision.

Un des copropriétaires, Nicolas Gagnon, explique avoir toujours eu l’intention de donner une touche locale dans l’offre de son entreprise.

« C’est un vent de folie qu’on a eu : pourquoi on n’intégrerait pas l’ancien maire dans notre scénario ? » se rappelle M. Gagnon, qui ne croyait pas en ses chances de réussite.

Mais l’ancien maire Tremblay a surpris les deux associés en acceptant après en avoir discuté avec son épouse, Linda, qui est aussi mentionnée dans le jeu.

SOLLICITÉ

Le nouveau retraité, qui désirait rester dans l’ombre pendant quelques mois encore, mais qui dit être beaucoup sollicité, a voulu encourager cette entreprise qui démarre.

« Je m’étais dit que d’ici le mois de septembre je voulais prendre un temps de repos, mais j’ai de la misère [...]. C’est des jeunes, en région, je vais les aider », s’est dit M. Tremblay, qui ne voit pas de malaise dans le fait de jouer le rôle d’un mort.

Jean Tremblay donne son nom et son image au projet sans toucher de cachet. En plus de fournir des photos d’archives, il a enregistré quelques pistes sonores qui sont utilisées pendant le déroulement de l’histoire.

Il voulait aussi lire le scénario avant d’embarquer complètement dans cette aventure.