/slsj
Navigation

Les producteurs régionaux contre les multinationales

Un manifeste est lancé pour favoriser l’achat local après la décision de McDonald’s de se dissocier de Nutrinor

Christian Fillion, de la Société des fabricants régionaux, et Gervais Laprise, de la Table agroalimentaire, lancent un manifeste pour riposter à une décision de McDonald’s.
Photo Stéphane Bouchard Christian Fillion, de la Société des fabricants régionaux, et Gervais Laprise, de la Table agroalimentaire, lancent un manifeste pour riposter à une décision de McDonald’s.

Coup d'oeil sur cet article

La décision de McDonald’s de ne plus faire affaire avec Nutrinor ne passe pas auprès des producteurs régionaux, qui lancent une série d’actions pour sensibiliser les gros joueurs à l’importance d’acheter dans des entreprises d’ici.

La Société des fabricants régionaux et la Table agroalimentaire du Saguenay–Lac-Saint-Jean ont lancé hier un manifeste pour une consommation régionale et responsable.

Le déclencheur de cette initiative a été la décision du restaurant McDonald’s de ne plus offrir de lait provenant de la région. Dorénavant, le fast-food qui a centralisé son approvisionnement enverra du lait transformé par Saputo dans la quinzaine de restaurants qui se trouve dans la région.

Une lettre a d’ailleurs été envoyée à McDonald’s pour dénoncer la situation.

Bon élève

Bien qu’il se défende de partir en guerre contre McDonald’s, le président de Société des fabricants régionaux, Christian Fillion, cite des exemples d’entreprises qui soutiennent l’achat local. Il pense qu’il faut mettre ces bons élèves en valeur.

Christian Fillion nomme le nouveau venu, Ubisoft, qui vient d’ouvrir un studio à Chicoutimi et qui a encouragé les entreprises locales, notamment pour la fabrication de son enseigne.

« Je pense que ce n’est pas une exception, c’est le premier d’une multitude à suivre. C’est de plus en plus important pour les entreprises qui viennent s’établir au Saguenay d’arriver avec une approche comme celle-là », indique M. Fillion qui laisse entendre que d’autres exemples de multinationales qui soutiennent l’économie locale seront rendus publics prochainement.

Impact

Au sommet des arguments de cette coalition, à côté des considérations économiques, se trouvent les préoccupations pour l’environnement. Selon les intervenants, le transport des aliments sur une longue distance est une source de pollution et est même néfaste pour leur qualité.

Le directeur général de la Table agroalimentaire du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Gervais Laprise, pense qu’en dehors de ces avantages, il n’y a pas de honte à faire la promotion des produits locaux.

« On a un standard de qualité qui est très élevé, tant au niveau du respect de l’environnement que du côté du savoir-faire de nos artisans » estime M. Laprise, qui croit qu’il faut mettre l’accent sur les aspects positifs de ce dossier.

Appui

Cette initiative reçoit l’appui des différents élus de la région, tant du palier fédéral que provincial. Le député de Jonquière Sylvain Gaudreault résume la situation en insistant sur la nécessité de réduire le transport des aliments.

Sylvain Gaudreault<br>
<i>Député péquiste</i>
Photo Stéphane Bouchard
Sylvain Gaudreault
Député péquiste

« Il faut éviter d’envoyer notre lait à Montréal, qu’il soit transformé et qu’il revienne en camion à travers le parc des Laurentides » pense M. Gaudreault.

Un prix récompensant les efforts des entreprises qui encouragent les producteurs régionaux sera lancé prochainement.