/entertainment/events
Navigation

Hommage à Jean-Paul Lemieux

Le peintre Jean Gaudreau revisite les toiles du grand artiste

Jean Gaudreau expose sept toiles au restaurant Ophelia, endroit où Jean-Paul Lemieux a habité. 
Photo Pascal Huot Jean Gaudreau expose sept toiles au restaurant Ophelia, endroit où Jean-Paul Lemieux a habité. 

Coup d'oeil sur cet article

À 12 ans, le peintre Jean Gaudreau a été marqué par sa rencontre avec le grand Jean-Paul Lemieux. Quand il a constaté qu’il avait déjà habité à l’emplacement actuel du restaurant Ophelia, sur Grande Allée, il a tout de suite rêvé d’exposer sur les murs de l’établissement.

Et pourquoi ne pas faire une série hommage à cette figure emblématique de l’art canadien ? Le propriétaire du restaurant, Fabio Monti, a aimé l’idée du concept. Ce sont donc sept toiles qui ont été créées sur mesure pour les murs du Ophelia, depuis la première visite de Jean Gaudreau au restaurant, l’été dernier.

On présume que Lemieux aurait habité sur Grande Allée quelque part entre 1937 et 1967, à l’époque où il était professeur à l’École des beaux-arts de Québec.

Le peintre s’est inspiré de la toile L’adieu, de Lemieux, qu’il a rebaptisée Les amoureux. 
Photo Pascal Huot
Le peintre s’est inspiré de la toile L’adieu, de Lemieux, qu’il a rebaptisée Les amoureux. 

La série Lemieux, vu par Gaudreau y sera accrochée jusqu’au 29 avril. « En voyant les murs, j’ai tout de suite vu une mise en scène d’œuvres que je pouvais créer », a expliqué Jean Gaudreau juste avant son vernissage, mercredi.

Les œuvres, qui sont librement inspirées par celles de Lemieux, portent la signature artistique de Gaudreau et de ses techniques mixtes.

Un dialogue

L’exposition se déploie comme un dialogue posthume entre les deux artistes. Il se dégageait beaucoup de nostalgie et de délicatesse dans les toiles de Jean-Paul Lemieux. Jean Gaudreau lui répond par la lumière, la couleur, la gestuelle, tout en restant sobre et en peuplant lui aussi ses toiles de personnages au chapeau et de lignes d’horizon.

Les toiles ont été créées sur mesure pour les murs du restaurant.
Photo Pascal Huot
Les toiles ont été créées sur mesure pour les murs du restaurant.

C’est ainsi que L’adieu, toile de Lemieux peinte en 1968 qui fait aujourd’hui partie de la collection du Musée national des beaux-arts, est devenu le flamboyant tableau Les amoureux. Il a ainsi amené sept tableaux de Lemieux dans une tout autre dimension : la sienne, plus énergique, plus éclatée, plus émotive.

« Je voulais, à travers les œuvres, rendre ça lumineux, donner plus de joie. C’est comme ça que je l’imaginais », explique Gaudreau.

Quelques rencontres marquantes

Jean Gaudreau a rencontré Jean-Paul Lemieux une première fois en 1976, dans une galerie d’art du quartier Sillery.

« J’étais bien impressionné par un peintre qui vivait de son art. Ma mère lui avait dit que je l’admirais et je suis devenu très, très timide. C’était un personnage très simple. J’avais vu une œuvre qui s’appelait Un bon garçon. C’était des dessins au feutre. Ça m’avait marqué. »

Plus tard, Jean Gaudreau est même allé à sa maison de L’Isle-aux-Coudres alors qu’il avait 17 ans et qu’il allait vendre quelques œuvres dans la région pour payer ses études.

« Je m’intéressais beaucoup à sa période classique, entre les années 1950 et 1970, à peu près. C’était souvent des personnages, des scènes urbaines. Il faisait aussi beaucoup de scènes d’hiver.

« Il faisait des personnages avec des chapeaux, des lignes d’horizon. C’est de ça que je me suis inspiré », a fait savoir celui qui a étudié l’œuvre de Lemieux à l’université.


♦ Le restaurant Ophelia est situé au 634, Grande Allée Est. Les toiles sont exposées jusqu’au 29 avril.