/finance/business
Navigation

Tremblant impose le dollar américain pour skier

La décision concerne la passe annuelle donnant un accès illimité aux pentes

La direction de Tremblant justifie son initiative en disant que les forfaits sont proposés par la maison mère Alterra, une compagnie américaine.
Photo d'archives, Agence QMI La direction de Tremblant justifie son initiative en disant que les forfaits sont proposés par la maison mère Alterra, une compagnie américaine.

Coup d'oeil sur cet article

MONT-TREMBLANT | Dès l’an prochain, il ne sera plus possible d’obtenir une passe annuelle pour skier de façon illimitée sur les pentes de Tremblant sauf si vous acceptez de payer en argent américain.

La compagnie américaine propriétaire de Tremblant, Alterra Mountain Company, a décidé d’offrir deux choix de passes (Ikon et Ikon Base) donnant un accès illimité à Tremblant et à 26 autres destinations de ski aux États-Unis et au Canada. Mais le produit doit être payé en dollars américains.

Les skieurs qui souhaitent demeurer à Tremblant et payer en dollars canadiens doivent se contenter de la passe Tonik, qui donne un accès limité aux pentes.

La passe Tonik permet de skier pendant 118 jours, mais 34 jours sont exclus du forfait comme certaines journées du temps des fêtes et des jours fériés.

Les détenteurs de la passe Tonik doivent acheter un billet à l’unité (-15 %), s’ils veulent skier dans une des 34 journées d’exclusion. « Moi je suis là-bas pendant le temps des Fêtes, pendant la semaine de relâche avec les enfants quand c’est férié, je vais en ski, mais la passe Tonik ne fonctionne pas dans ces jours-là », déplore David Pareanen, un client de longue date de Tremblant.

Quand même moins cher ?

La direction de Tremblant explique que les deux forfaits Ikon sont proposés et vendus par la maison mère Alterra, une compagnie américaine. Les coûts doivent donc être payés en argent américain. Mais Tremblant estime que ses clients font une bonne affaire.

« Elle est beaucoup moins chère que notre passe de l’an passé en dollars canadiens. L’an passé, ça coûtait ici 1100 $ canadiens pour skier à Tremblant de façon illimitée et cette année, ça va coûter 749 $ canadiens », explique Annique Aird, vice-présidente ventes, marketing et communications à Station Mont Tremblant.

Toutefois, de devoir payer en devise américaine pour skier sur des pentes des Laurentides laisse un goût amer à certains skieurs. « Quand tu pars de Tremblant et que tu veux traverser les lignes américaines, t’as environ 4 heures d’auto à faire, et là on te demande de payer en argent américain au fin fond des Laurentides. C’est plus une question de principe », affirme le skieur Marc-André Boileau.

Le skieur Marc-André Boileau
Photo courtoisie
Le skieur Marc-André Boileau

Une pratique légale

« Il n’y a pas de disposition dans la Loi sur la protection du consommateur qui impose au commerçant de vendre dans une devise particulière. La seule obligation qu’il a est d’annoncer clairement ses prix. »

Ainsi, si un commerçant décide de vendre en dollars américains, la devise devra être clairement indiquée.

– Avec monjournal.ca

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.