/sports/others
Navigation

Duchesne se prépare pour Paris-Roubaix

Son compatriote Guillaume Boivin devrait être au Tour d’Italie

Antoine Duchesne a terminé au 61e rang de Tirreno Adriatico, la semaine dernière.
Photo courtoisie, YPMedias Antoine Duchesne a terminé au 61e rang de Tirreno Adriatico, la semaine dernière.

Coup d'oeil sur cet article

Bien en selle au sein de sa nouvelle formation, Antoine Duchesne se prépare à affronter plusieurs monuments du cyclisme comme le célèbre Paris-Roubaix, le 8 avril prochain.

Après une saison difficile en 2017, l’olympien de 26 ans vit avec grand plaisir un tout nouveau départ avec l’équipe française du Groupama-FDJ, qui s’articule autour des vedettes Arnaud Démare et Thibaut Pinot. Duchesne vient d’offrir une belle performance en terminant au 61e rang de Tirreno Adriatico, une épreuve du World Tour remportée par le champion du monde 2014, Michal Kwiatkowski.

Le Québécois enchaînera notamment très bientôt le Grand Prix E3, Gand-Wevelgem, le Tour des Flandres avant de s’attaquer aux difficiles pavés de l’enfer du Nord. Son programme lui plaît beaucoup, de même que le soutien de son nouvel entraîneur.

« J’aurais un rôle de support pour Arnaud. L’adaptation va très bien et ils ont confiance en moi. J’ai une belle progression et je suis très content à l’heure actuelle. L’ambiance est très détendue et professionnelle », explique-t-il.

Deuxième Québécois de l’histoire à terminer le Tour de France en 2016, Antoine Duchesne refuse de parler du mois de juillet. Pour l’instant, le Tour d’Italie n’est pas à son horaire. « Pour le moment, ça s’enligne pour le Tour d’Espagne. »

Boivin au GIRO

De son côté, Guillaume Boivin est également heureux des récents développements au sein de son équipe israélienne Cycling Academy, qui participera au Tour d’Italie, notamment en raison du richissime homme d’affaires bien connu au Québec, Sylvan Adams, instigateur du projet et propriétaire de l’équipe.

Comme le grand départ du Tour d’Italie 2018 aura lieu à Jérusalem le 4 mai, la formation plus modeste a mis le paquet pour être à la hauteur devant les siens.

Boivin, 28 ans, espère réussir un grand coup samedii à Milan-San Remo, une course que pourrait enfin gagner Peter Sagan.

« Je n’ai rien de grave suite à ma chute sur Tirreno. San Remo, c’est vraiment un gros objectif de la saison. Je vais essayer de m’accrocher pour être là dans le final. Ça me convient bien et je vais me battre. »

L’ancien médaillé de bronze des Mondiaux U23 jubile de pouvoir à nouveau s’aligner sur des épreuves de niveau World Tour. En 2013 et 2014, il avait participé à deux reprises au Tour d’Espagne avec l’équipe Cannondale. Son moral est à la hausse et il appréccyie chaque moment qui passe présentement. « Je me sens chanceux d’avoir cette autre opportunité. C’était un risque d’aller dans cette petite équipe, mais je l’apprécie vraiment. Je fais les courses qui me passionnent. »