/misc
Navigation

Prendre du Viagra en ondes, c'est drôle?

Marie-Christine Proulx, Richard Turcotte et José Gaudet
Marie-Christine Proulx, Richard Turcotte et José Gaudet

Coup d'oeil sur cet article

Deux animateurs ont voulu faire parler d’eux.


Leur coup d’éclat est très douteux.

Cela s’est passé vendredi dernier dans l’émission du retour Ça rentre au poste à Énergie Montréal.

Pour faire réagir l’auditoire, les coanimateurs José Gaudet et Richard Turcotte ont décidé d’ingérer du Viagra et du Cialis «pour voir quesse ça donne».

On a mis ces produits en vente il y a 20 ans et on décide d’en faire un «stunt» radio en 2018? Ah, ouin... Les sondages...

Après un Facebook Live dans lequel ils expliquent longuement que monsieur le docteur a été consulté et que monsieur le pharmacien a dit qu’ils n’en mourraient pas, ils en prennent une petite quantité et vont faire leur show quelques minutes plus tard, pour voir s’ils ressentiront l’effet ou non.

Même si ce sont des adultes en principe responsables et qu’il n’y avait évidemment aucun danger pour leur santé, surtout avec une fraction de la dose, le problème est ailleurs.


À partir de quel moment peut-on entrer «médicament» et «ça va être drôle» dans la même phrase?

Faudrait demander aux urgentologues qui reçoivent des ados et jeunes adultes polyintoxiqués à quel moment ils trouvent drôle d’essayer de découvrir quels médicaments leurs patients ont ingérés pour pouvoir trouver l’antidote adéquat sans risquer de les achever.

Parce que les kids qu’ils doivent sauver ont souvent pris des médicaments trouvés au domicile familial en se disant que, mélangé à de l’alcool, ça allait «être drôle».

Il faudrait aussi demander aux médecins, sexologues ou psychologues à partir de quel âge les jeunes adultes demandent des prescriptions de Viagra pour pouvoir performer «comme dans les films».

Je me souviens d’avoir fait une entrevue avec un médecin qui me disait qu’il s’en faisait demander aussi souvent par des jeunes au début de la trentaine que par des cinquantenaires. Le mot «drôle» n’est pas sorti une seule fois de sa bouche.


Enfin, ils ont fait cette «bonne blague» le jour même où Radio-Canada révélait que les jeunes s’éclatent en buvant du sirop contre la toux, un autre médicament théoriquement inoffensif.


Et pour tester si les animateurs allaient avoir une réaction, on a eu l’excellente idée d’inviter un danseur du 281. Le but était sans doute de prouver que le Viagra/Cialis fonctionne comme prévu et voir si les animateurs auraient une érection MÊME SI C’EST UN MEC qui se dandine devant eux!

J’ai eu l’impression de revenir à l’âge des jokes de cabarets louches des années 50.

Chaque fois que j’entends un moment douteux en ondes, je me pose toujours la question: «Qu’est-ce qu’ils ont mis de côté pour faire place à ce segment?»

La réponse est habituellement: «Rien, ou pas grand-chose.»

Gaudet et Turcotte sont pourtant deux bons animateurs.

On ne fait pas une si longue carrière à Montréal accidentellement.

Ils ont habitué leurs auditeurs à mieux.

Beaucoup mieux.