/news/society
Navigation

Il veut faire déménager un camp de jour

Un Lévisien se dit dérangé par les cris des enfants qui participent aux activités du Collège de Lévis l’été

Jean-Paul Doyon, l’auteur de la pétition, se plaint des « cris répétitifs » émanant des camps de jour qui se déroulent, l’été, en face de son logement d’un immeuble de l’Office municipal d’habitation de Lévis.
Photo Didier Debusschère Jean-Paul Doyon, l’auteur de la pétition, se plaint des « cris répétitifs » émanant des camps de jour qui se déroulent, l’été, en face de son logement d’un immeuble de l’Office municipal d’habitation de Lévis.

Coup d'oeil sur cet article

Le Collège de Lévis s’avoue «étonné» par une pétition que lui ont soumise des locataires d’un immeuble adjacent, réclamant la relocalisation de son camp d’été pour cause de «cris répétitifs» et de «mauvais voisinage».

La missive, adressée au directeur de l’établissement de niveau secondaire et transmise au Journal vendredi, provient de résidents d’un immeuble de l’Office municipal d’habitation de Lévis, La Chanterelle, situé face à l’école sur la rue Monseigneur-Gosselin, dans l’arrondissement Desjardins.

Pétition

«[Durant l’été], nous sommes irrités par les cris occasionnés par le camp d’été. Il est anormal de souhaiter la venue de journées pluvieuses pour ne plus entendre ces cris», se plaignent les signataires, qui demandent la fin des activités sur les terrains les plus près de leurs logements.

L’auteur de la pétition, Jean-Paul Doyon, dit vivre avec cette situation depuis des années.

Les bruits émanant du camp sont amplifiés par la proximité de son immeuble avec l’entrée du Collège de Lévis, croit-il. Il affirme avoir l’appui de 15 autres locataires.

Une adjointe du directeur général du Collège de Lévis, David Lehoux, n’a pas caché la surprise de l’établissement.

Correctifs

«On est toujours à l’attention des demandes de nos voisins. On veut avoir une bonne coopération, un bon voisinage. Il y a des demandes qui nous avaient été faites l’année dernière de la part de La Chanterelle [et] on a fait des correctifs», a assuré Cathy Morin, agente d’administration à la direction générale du Collège.

Il avait notamment été demandé aux animateurs de camp de ne plus faire de cris de ralliement près de l’entrée principale qui fait face aux locataires mécontents.

Mme Morin ajoute que le collège est prêt à apporter d’autres correctifs. Un terrain nouvellement réaménagé, derrière l’école, sera par exemple mis à profit.

«Tout le monde dehors»

Toutefois, les locataires ne sont peut-être pas au bout de leur peine, alors que les responsables du camp de jour ont prévu cet été de poursuivre un virage «tout le monde dehors». Une zone composée de jeux gonflables, sportifs et d’habiletés sera notamment aménagée dans le stationnement du Collège.

Depuis 18 ans, quelque 1500 jeunes de 4 à 14 ans prennent part aux camps d’été du Collège de Lévis.