/news/politics
Navigation

Nouvelle publicité: la voix de Christine Beaulieu utilisée par le PLQ sans son consentement

Christine Beaulieu
PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI Christine Beaulieu

Coup d'oeil sur cet article

L’extrait audio de Christine Beaulieu et l’image de sa pièce J’aime Hydro ont été utilisés par le Parti libéral du Québec (PLQ) sans le consentement de l’auteure et comédienne, ont soutenu les productions Porte Parole, Champ gauche, et Christine Beaulieu.

Dans une offensive publicitaire du PLQ, obtenue en primeur par TVA Nouvelles, on peut voir le PLQ accuser François Legault de ne pas avoir encore dévoilé son programme pour la Baie-James du 21e siècle comme il s’y était engagé lors d’un congrès à Drummondville en novembre 2016.

Mais c’est que le PLQ a utilisé la voix de Christine Beaulieu, auteure de la pièce J’aime Hydro, pour souligner son propos.

«Quelqu’un qui défend un projet en n’utilisant pas les bons chiffres. Est-ce qu’il est complètement ignorant du dossier», disait Christine Beaulieu dans une entrevue accordée à Télé-Québec sur le sujet.

«Les productions Porte Parole, Champ gauche et Christine Beaulieu, producteurs et auteure de la pièce J’aime Hydro, n’ont jamais, en aucune circonstance, autorisé l’utilisation d’un extrait audio de Christine Beaulieu et de l’image de J’aime Hydro dans une publicité du Parti libéral du Québec. Porte parole ne se prononce jamais en faveur d’un parti politique», peut-on lire dans le communiqué envoyé à TVA Nouvelles.

«Nous demandons au Parti libéral du Québec de prendre les mesures requises pour cesser la diffusion de cette publicité dans les plus brefs délais. Autrement, Porte Parole, Champ gauche et Christine Beaulieu se verront dans l’obligation d’étudier les recours légaux à leur disposition», ont conclu les artistes dans leur communiqué.

En novembre 2016, le chef caquiste avait lancé qu’un gouvernement de la CAQ lancerait un «grand chantier» qui créerait des «milliers d’emplois payants».

«Je parle de lancer une Baie-James du 21e siècle. Je veux que le Québec devienne le centre, l’opérateur, le producteur le plus important dans le nord-est de l’Amérique du Nord», avait-il dit sans chiffrer son projet.