/news/transports
Navigation

Expropriés pour le futur trambus

Si le tracé envisagé est maintenu, le secteur de la Pyramide, à Sainte-Foy, sera complètement différent

La Ville de Québec souligne que ce tracé est le même que celui qui avait été élaboré dans l’étude de faisabilité du tramway/SRB déposée en 2015. Une partie des stationnements des bâtiments encerclés pourrait faire place au circuit du trambus.
Illustration Google La Ville de Québec souligne que ce tracé est le même que celui qui avait été élaboré dans l’étude de faisabilité du tramway/SRB déposée en 2015. Une partie des stationnements des bâtiments encerclés pourrait faire place au circuit du trambus.

Coup d'oeil sur cet article

Le secteur autour de la Pyramide, à Sainte-Foy, sera complètement réaménagé pour permettre le passage des trambus, et des expropriations sont à prévoir.

Le propriétaire de la Pyramide et PDG de GCS Développement immobilier, Sylvain Gilbert, a confirmé au Journal que la Ville de Québec a placé une réserve sur une bande de terrain de 18 mètres de large qui sera expropriée tout le long de son stationnement.

Dans le projet de transport structurant, on constate en effet que le futur trambus empruntera l’avenue Nérée-Tremblay, bifurquera à mi-parcours sur la rue Jean-Durand, puis sur Nicolas-Pinel, arrêtera à la station du Cégep de Sainte-Foy, puis longera la Pyramide, dans la portion ouest de son stationnement.

Il poursuivra ensuite sa course en ligne droite pour couper perpendiculairement le point de jonction des chemins Sainte-Foy et Quatre-Bourgeois.

Il traversera le chemin Sainte-Foy, passera entre deux édifices et aboutira sur Quatre-Bourgeois, pour rejoindre la rue de la Médecine, à l’Université Laval.

Propriétaires pas au courant

Le propriétaire du 2383, chemin Sainte-Foy, Murray Couture, a indiqué hier au Journal qu’il n’avait pas été mis au courant des plans de la Ville pour la bande de terrain qui longe son édifice et abrite quelques cases de stationnement.

Le propriétaire de l’édifice voisin, Richard Guimont, a dit avoir peu d’information sur le projet de transport structurant. Il n’a pas voulu faire de commentaires.

<b>Sylvain Gilbert</b><br />
Propriétaire de la Pyramide
Photo Jean-François Desgagnés
Sylvain Gilbert
Propriétaire de la Pyramide

En face, Sylvain Gilbert voit le passage du trambus d’un bon œil, même s’il admet que l’expropriation pourrait lui causer quelques maux de tête.

Mais avec quelque 100 000 personnes par jour qui fréquentent le secteur élargi, dont 60 000 étudiants, l’accès ne peut qu’être bonifié avec le passage du trambus, croit-il. «Les 58 commerçants locataires à la Pyramide vont être très heureux. Ça va apporter des clients, ça va diminuer le trafic [automobile]. Je crois que c’est une bonne chose.»

Compensation souhaitée

Dans le processus d’expropriation, il s’attend cependant à être compensé pour la perte de ses espaces de stationnement.

À la Ville de Québec, on souligne que le tout est préliminaire. «L’insertion définitive ainsi que la précision des plans seront produites lors de l’étape de production des plans et devis», a soumis la porte-parole Stéphanie Gaudreau.