/sports/hockey/canadiens
Navigation

Culture perdante

Montreal Canadiens v Buffalo Sabres
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

BUFFALO | Vous trouvez la situation du Canadien pathétique ? Regardez du côté de Buffalo pour vous consoler... un peu.

Malgré des années de positionnement au repêchage intéressant, les Sabres sont toujours bons derniers. Ça ne lève pas.

Ben non, que voulez-vous, on ne règle pas tous les problèmes d’une organisation avec la baguette magique des premiers choix.

Prenez Jack Eichel et Connor McDavid, la crème de la crème en 2015. Ces talents d’exception compilent des statistiques personnelles impressionnantes depuis leurs débuts dans la LNH, mais leurs clubs traînent toujours de la patte.

On croyait les Oilers sortis du pétrin, mais ce sera plus long que prévu, finalement.

Les Sabres ? Bonne chance.

Une culture perdante, ça embaume l’air d’un vestiaire longtemps. Vous avez beau avoir des mains magiques et des jambes de feu, ça prend aussi un caractère hors du commun pour être un leader charismatique capable de transformer l’identité d’un club minable.

Aucune garantie

Chacun à leur époque, les jeunes Mario Lemieux, Joe Sakic, Steve Yzerman, Sidney Crosby et Jonathan Toews ont réussi l’exploit.

Ben oui, tout ça nous ramène au Canadien. Même avec le tout premier choix à la loterie, absolument rien ne garantit une relance vers les sommets.

Le noyau actuel de l’équipe comporte trop de points d’interrogation. Va pour Shea Weber et Brendan Gallagher.

Mais quel leadership fort, positif, contagieux exercent les Alex Galchenyuk, Max Pacioretty, Jonathan Drouin, Carey Price et Jeff Petry ? La fiche du club cette saison parle d’elle-même.

Bergevin et Timmins à Halifax

Marc Bergevin et Trevor Timmins devront trouver des joueurs de caractère, ça c’est certain.

Les deux étaient justement à Halifax hier soir pour épier l’attaquant tchèque des Mooseheads Filip Zadina, qui devrait sortir au deuxième ou au troisième rang.

On dit de lui que c’est un travailleur infatigable qui fait des prouesses avec la rondelle. Le boulier devra toutefois sourire au Canadien...

Les Sabres ont trouvé le moyen de perdre un autre match. Ils n’ont inscrit qu’un seul but à leurs trois dernières rencontres. Ils ont manqué des filets complètement ouverts. Une culture perdante, c’est dur à enrayer.

Espérons que le Canadien, lui, saura éviter pareille descente aux enfers.

Bergevin dit avoir un plan. À lui de nous le prouver dans les prochains mois.