/entertainment/music
Navigation

«Si j’écoutais ce que les gens disent, je ne ferais rien de ma vie» - Jérémy Gabriel

Coup d'oeil sur cet article

Combien de fois se fait-on parler de l’importance d’aller au bout de nos rêves? C'est ce que Jérémy Gabriel fait constamment malgré les critiques et les moqueries. Le jeune homme de Québec sera en spectacle le 6 avril à L’Anti puis compte partir en tournée dans la province.

«Tout le monde m’a critiqué positivement, négativement. Je n’écoute pas ce que le gens disent comme toujours. Je prends les encouragements, les compliments. Mon but est d’avoir une carrière, de continuer à performer là-dedans. Si je me mettais à écouter ce que Monsieur et Madame Tout-le-monde disent, probablement que je ne ferais rien de ma vie», a dit avec aplomb le chanteur de 21 ans à Denis Lévesque.

Jérémy Gabriel a fait une vidéo où il annonce son spectacle à L'Anti avec un sens de la dérision. «Veux-tu devenir humoriste?» lui a demandé Denis Lévesque. «Je ne serai pas humoriste, je ne serais pas vraiment le bienvenu dans cet univers-là.»

Le jeune homme atteint du syndrome de Treacher Collins veut gagner sa vie avec la musique. «C’est difficile. Il y a des embûches, plein d’obstacles. C’est ce que je veux faire pour moi, mais aussi pour amener la société à penser que l’on parle d’inclusion. Mais y en a-t-il de l’inclusion dans le domaine artistique, télévisuel? La réponse est non. Mon but est de continuer à réussir, m’investir, amener plein de gens à se démarquer», espère Jérémy.

Denis Lévesque lui fait remarquer que si le public l’a découvert, c’est aussi grâce à sa différence. «Oui, reconnaît le principal intéressé, mais un enfant sourd qui chante pour le pape n’arrive pas pour les semaines.»

Jérémy Gabriel compte poursuivre ses études. Il ne sait pas encore en quoi, car il dit avoir trop de choses qui l’intéressent, mais il a une priorité. «Chanter et faire de la musique.»