/news/politics
Navigation

Marissal affirmait en 2016 que la souveraineté était dépassée

Coup d'oeil sur cet article

L’ancien chroniqueur politique Vincent Marissal songe à se porter candidat pour le parti souverainiste Québec solidaire dans Rosemont le 1er octobre. Il affirmait cependant en 2016 que le projet d’indépendance était totalement dépassé et n’intéressait plus les jeunes.

Dans une entrevue accordée à Terence McKenna à l’émission The National, diffusée à CBC en novembre 2016, Vincent Marissal avait affirmé que même des changements d'approche radicaux ne pourraient raviver le désir d'un autre référendum au Québec.

«Il n'y a plus d'appétit pour ça [la souveraineté]. Nous avons passé à travers deux référendums, c'est une chose très émotive à faire. Nous l’avons fait deux fois et, les deux fois, le camp du "non" a gagné. Je pense que nous n'avons pas l’énergie pour traverser cela à nouveau et refaire ce débat. Et l’enjeu principal, pour le PQ, est que les jeunes ont tourné le dos à la souveraineté», avait-il alors déclaré.

À partir de 2:05

Vincent Marissal avait aussi indiqué que, selon lui, les jeunes s’intéressent désormais à «la mondialisation, l'environnement, la lutte contre les changements climatiques». 

«Je pense qu'ils sont ailleurs. Je pense que la souveraineté, c’était le combat de leurs grands-parents, en fait», avait-il conclu.

L'un des principaux articles du programme de Québec solidaire (QS) est pourtant l’indépendance du Québec.

«Nous considérons comme essentielle l’accession du Québec au statut de pays [...] parce qu’elle est nécessaire à la préservation et au développement d’une nation unique par son histoire et sa culture en constante évolution, autour d’une langue commune qu’est le français», peut-on lire dans le programme de QS

Photo tirée de Facebook

 

Un avant-goût

Dans son commentaire à CBC, M. Marissal reprochait aussi durement à Jean-François Lisée certains propos qu’il avait tenus durant la course à la chefferie, sa rhétorique identitaire et sa proposition d’interdire le voile intégral islamique au Québec.

«Je suis persuadé que M. Lisée ne croit même pas ce qu’il dit», avait-il soutenu.

Ce reportage qui refait surface nous donne donc un avant-goût du débat auquel MM. Lisée et Marissal prendront part, car tout porte à croire qu'en octobre, le chef péquiste défendra contre l’ancien chroniqueur son siège de député de Rosemont, qu’il détient depuis 2012.

– Avec la collaboration de Marie Christine Trottier