/news/transports
Navigation

Projet de troisième lien: les libéraux répliquent aux radios de Québec

Le gouvernement Couillard réaffirme son appui au troisième lien

Le président du Conseil du trésor, Pierre Arcand, lors de la présentation du budget, mardi. Il a rappelé mercredi que le gouvernement libéral s’est engagé à réaliser le projet de troisième lien. « Mais on va le faire de la meilleure façon », a-t-il précisé.
Photo Stevens LeBlanc Le président du Conseil du trésor, Pierre Arcand, lors de la présentation du budget, mardi. Il a rappelé mercredi que le gouvernement libéral s’est engagé à réaliser le projet de troisième lien. « Mais on va le faire de la meilleure façon », a-t-il précisé.

Coup d'oeil sur cet article

Critiqué à Québec en raison du silence du budget Leitao pour le troisième lien, le gouvernement Couillard s’est empressé de rectifier le tir en réaffirmant son « appui incontestable » au projet.

Au lendemain du budget Leitao, qui laisse planer le doute sur le financement du troisième lien, les libéraux ont sorti l’artillerie lourde afin de répéter que le projet apparaissait toujours au Plan québécois des infrastructures (PQI).

Pas moins de quatre ministres, incluant le président du Conseil du trésor, Pierre Arcand, se sont présentés devant les journalistes pour réfuter le message de certaines « radios de Québec » voulant que le gouvernement se retire du projet.

« C’est tout à fait faux », a clamé M. Arcand, répétant qu’au-delà de 20 M$ ont été investis pour l’étude du projet. « Il y a eu un engagement du premier ministre qui a été fait à ce sujet et l’engagement également de tous les ministres et députés de la région de Québec aussi », a-t-il relaté, ajoutant que le « dossier est clair ».

« J’écoute les gens. Il est clair qu’on va le faire. Mais on va le faire de la meilleure façon », a affirmé M. Arcand.

Éric Caire bouillant

Durant la période de questions, le caquiste Éric Caire a réclamé les excuses du premier ministre pour avoir « induit les gens de Québec en erreur ». Il dit comprendre qu’à la suite du budget libéral, le projet « est mort » et que le gouvernement est en « mode panique ».

Le premier ministre Philippe Couillard a cependant répliqué que le gouvernement est toujours en accord avec le troisième lien. « Notre appui est incontestable », a-t-il réitéré.

À cette réplique, son adversaire de la Coalition avenir Québec s’est esclaffé très fort, provoquant un malaise en chambre.

Flou sur le financement

En marge du budget, mardi, le président du Conseil du trésor a mentionné « qu’avant que ça aille plus loin, il va falloir qu’il y ait dans la région de Québec un consensus sur la suite des choses ». Le ministre des Finances Carlos Leitao a également signalé la faible marge de manœuvre pour financer le projet avec les 100 milliards $ d’investissements en infrastructures prévus sur 10 ans, soit 25 % du PIB.

À l’intérieur de ces investissements, le gouvernement donne pourtant un appui financier détaillé à trois projets, incluant le tramway de Québec, le réseau électrique de Montréal et le transport en commun de Lévis. Le troisième lien n’apparaît pas à ce tableau, car il n’est pas assez avancé, souligne le gouvernement.

Ainsi, ce lien entre les deux rives est toujours à l’étude du PQI, mais le financement reste incertain. « Il faut bien comprendre, lorsqu’on a un Plan québécois des infrastructures, qu’il y a des réalisations qui sont faites et qu’il y a de nouvelles sommes, le Plan fait en sorte qu’on peut se retrouver à 100 milliards $ et très bien faire le troisième lien », a expliqué M. Arcand.