/news/currentevents
Navigation

Tuerie à la mosquée: voici un extrait de l’échange entre Alexandre Bissonnette et le juge Huot

Alexandre Bissonnette
Photo d'archives, Stevens LeBlanc Alexandre Bissonnette

Coup d'oeil sur cet article

En milieu d’après-midi, lundi, alors que les procédures faisaient l'objet d'une ordonnance de non-publication, Alexandre Bissonnette a fait savoir au juge François Huot qu’il désirait plaider coupable. Voici un extrait de l’échange entre l’accusé et le magistrat.


À LIRE AUSSI


Juge François Huot: Ce matin, vous avez enregistré des plaidoyers de non-culpabilité et c’est un changement de position presque subit, d’après ce que je peux constater. Vous êtes âgé de...

Alexandre Bissonnette: 28 ans, monsieur.


Juge François Huot: 28 ans. Est-ce que vous êtes, monsieur Bissonnette, pleinement conscient des conséquences de votre décision?

Alexandre Bissonnette: Oui, monsieur le juge, j’y ai longuement réfléchi.


Juge François Huot: Êtes-vous conscient que la peine minimale pour un meurtre au premier degré est de 25 ans d’inéligibilité avant de recevoir toute libération conditionnelle?

Alexandre Bissonnette: Je le sais.


Juge François Huot: Est-ce que vos avocats ont parlé avec vous des dispositions de l’article 745.51 du code stipulant que, pour chacun des chefs de meurtre au 1er degré, là, le tribunal pourrait imposer des périodes d’inéligibilité de façon consécutive?

Alexandre Bissonnette: Oui, monsieur le juge.


Juge François Huot: Ce qui pourrait théoriquement vous amener à une période d’inéligibilité de 150 ans.

Alexandre Bissonnette: Je sais.


Juge François Huot: Moi, je voudrais savoir ce qui s’est passé pour que vous changiez d’idée depuis ce matin. J’aimerais ça que vous m’expliquiez ça.

Alexandre Bissonnette: En fait, monsieur le juge, ce matin, j’avais l’intention de plaider coupable, mais il manquait quelques éléments que je devais voir avant de prendre ma décision. C’est pour ça que, ce matin, j’ai enregistré des plaidoyers de non-culpabilité.

Je comprends que c’est un changement qui peut sembler étrange vu comme ça, mais ça fait longtemps que j’y pense et, dans mon cœur, c’est la décision que j’ai décidé de prendre.

De plaider coupable à l’ensemble des accusations pour pouvoir éviter un long procès et éviter aux personnes et aux victimes [de] revivre encore cette tragédie-là. J’y ai mûrement réfléchi et je suis au courant de tout ce que vous venez de me dire concernant les peines et tout ça.