/news/society
Navigation

Fin du programme d'intégration: concert d'indignation contre Walmart

Coup d'oeil sur cet article

Incompréhension et indignation résument bien la réaction de la population à l'endroit de Walmart qui a mis un terme à son programme pour intégrer des déficients intellectuels sur le marché du travail. De nombreuses entreprises sont prêtes à les accueillir à bras ouverts.

Au coeur de la controverse depuis 24 heures, la direction de Walmart Canada n'a pas répondu aux nombreuses demandes d'entrevues alors que les critiques sont plus virulentes que jamais.

La multinationale ne déboursait qu'un maigre 6 $ par jour par employé pour offrir du travail à des gens souffrant d'un handicap. C'est le Centre local d'emploi qui assumait leurs frais de déplacement.

Une dizaine d'entreprises de la Mauricie ont manifesté leur désir d'embaucher un des travailleurs licenciés par Walmart.

«Mardi matin, on sera à pied d'oeuvre pour rappeler tous ces gens-là, leur expliquer le fonctionnement», explique Lyne Girard, du CIUSSS Mauricie-Centre-du-Québec.

Le marché IGA, qui embauche déjà quatre personnes souffrant d'un handicap fait partie de ces entreprises. Un cinquième équipier, rescapé de Walmart, sera engagé dans les prochains jours.

«On a 120 employés, donc ça fait 120 personnes de plus qui sont sensibilisées à comment interagir avec une personne avec une déficience intellectuelle, comment se comporter, de dire Selena Baril, propriétaire du IGA Extra de Shawinigan. Ce sont des gens qui arrivent dans la société et qui savent comment réagir avec ces gens-là.»

Dominic Delagrave travaille au IGA Extra depuis 18 ans. «J'adore travailler, lance-t-il. J'aime voir le monde, j'aime me faire des amis. J'adore ça!»

Celui-ci connait l'emplacement exact de tous les produits et pourrait sans problèmes participer à la formation de sa nouvelle collègue.