/sports/fighting
Navigation

Finie la controverse pour Boxe Canada

Coup d'oeil sur cet article

Pour la première fois de son histoire, Boxe Canada a pris les grands moyens pour éviter les décisions controversées lors de ses championnats canadiens, puisque quatre juges américains ont été mandatés pour le tournoi le plus important de l’année au Canada.

L’organisme national de la boxe au Canada en avait assez des décisions douteuses lors des dernières éditions de ses championnats canadiens. L’organisation a trouvé une solution qui fait le bonheur des athlètes et des dirigeants provinciaux.

Boxe Canada s’est entendue avec USA Boxing cette année, ce qui permet d’ajouter quatre membres américains à l’équipe de dix Canadiens qui agiront à titre de juges et d’officiels durant les championnats canadiens qui se tiennent du 28 mars au 1er avril 2018, à Edmonton.

« Nous voulons donner des chances égales à tous les athlètes pour éviter toute forme de conflit d’intérêts. C’est une façon pour nous d’assurer l’impartialité », a expliqué la porte-parole de Boxe Canada, Émilie Garneau.

Depuis plusieurs années, les juges et officiels des différentes provinces ne pouvaient pas être d’office lorsqu’un boxeur de leur province combattait. Une situation qui rendait la tâche complexe pour les organisateurs du tournoi.

Questionnée sur le fait que l’arrivée des quatre membres américains empêchait des Canadiens d’acquérir de l’expérience sur la scène nationale, l’organisation a affirmé qu’aucune plainte n’avait été formulée.

Le Québec satisfait

Selon le directeur général de Boxe Québec, Kenneth Piché, il s’agit d’un avancement majeur pour le sport.

« Nous avons été habitués par le passé à voir certains de nos athlètes être lésés par des décisions controversées. Après deux jours de compétition, les commentaires qui me sont parvenus sont excellents », a-t-il expliqué.

De son côté, l’Olympienne Ariane Fortin-Brochu estime qu’il s’agit d’un gain pour les athlètes.

« La façon de juger est différente d’un pays à l’autre. Ça fait des années qu’on veut une harmonisation de la façon de juger, c’est un bon moyen d’y arriver », a renchéri celle qui a déjà été frustrée par des décisions dans sa carrière amateur.