/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

CA_Steve E. FortinCA_Stéphane Lessard

La mesure du succès électoral de Québec solidaire se fera à sa capacité d’affaiblir le PQ

Manon Massé
JOEL LEMAY/AGENCE QMI Gabriel Nadeau Dubois et Manon Massé élus porte-parole de Québec Solidaire lors du Congrès, à l'UQAM, à Montréal, dimanche le 21 mai 2017. Sur cette photo: Manon Massé. JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

La scène se passe le soir du 7 avril 2014. Le Québec vient d’élire Philippe Couillard et le Parti libéral pour un mandat majoritaire après seulement 15 petits mois dans l’opposition. La grogne de 2012 semble déjà bien lointaine.

Il est 23 heures ce soir-là et quelques luttes sont serrées. Dont celle qui se décline dans le comté de la première ministre sortante, Pauline Marois.

Vers 23 h 10, la défaite de Pauline Marois est confirmée. Quelques journalistes sont au quartier général de Québec solidaire. Avec stupeur on apprend que c’est la fête là-bas.

Oui, on chante le Naaa Naaa Good Bye pour célébrer la défaite de Pauline Marois.

Le Québec vient de placer au pouvoir le parti qui imposera une politique d’austérité sauvage, à partir d’arguments fallacieux sur la dette, et dont les conséquences seront senties d’abord par les plus vulnérables, et sur la planète QSiste (cessons de leur accoler l’épithète «solidaire»), l’heure est à la réjouissance.

C’est que l’adversaire principal a été malmené ce soir-là. Chez QS, l’adversaire aura toujours été d’abord et avant tout le Parti québécois.

Nous le savions déjà. Et alors que le Québec s’engage sur la longue voie qui le mènera aux élections générales d’octobre 2018, le tout se précise. Encore une fois. Québec solidaire vise, pour toute possibilité de gagner quelques députés, des comtés péquistes.

QS ne vise pas le pouvoir. En dépit de ce que disent presque sourire en coin ses députés, candidats et militants, Manon Massé ne sera pas la deuxième femme à diriger le Québec.

La mesure du succès électoral de Québec solidaire se fera à sa capacité d’affaiblir le PQ. Et dans le meilleur des mondes, tard le 1er octobre 2018, on célébrera la défaite du chef péquiste.

Et c’est là tout le paradoxe qui sous-tend la croissance électorale de Québec solidaire. S’attaquer sans cesse, de toutes les façons possibles, au Parti québécois, quitte à le traiter ce parti de repère de «racistes», de «sales identitaires», toujours en espérant que la disparition ou l’affaiblissement du PQ se traduise par un appui plus grand aux QSistes.

Rien n’est plus faux.

Au mieux, Québec solidaire a réussi à être assez ambigu quant à la question constitutionnelle pour être capable de rassembler des parts à peu près égales de fédéralistes et d’indépendantistes... de gauche. De ceux qui conditionnent leur appui à l’indépendance à ce prédicat qu’il faut qu’elle se fasse à gauche ou pas pantoute.

Et quand on lit le programme de Québec solidaire, on comprend vite que ce programme de gauche là est irréalisable; on n’est pas dans la gauche soft!

Mais il y a aussi cet autre Québec solidaire, celui qui tient le PQ en horreur. Ce QS qui a montré son visage hideux en mai 2017 lors du congrès du parti. Celui pour qui l’indépendance n’est en rien un enjeu.

Ce QS-là est beaucoup plus proche de Justin Trudeau (et du PLQ) par son appui indéfectible au multiculturalisme, aux dogmes «antiracistes» et à la posture «post-nationaliste» que prône le PM du Canada.

Un signal clair envoyé d’ailleurs par Gabriel Nadeau-Dubois lors de son entrevue avec l’ancien directeur du groupe de pression Alliance Quebec (pas d’accent, c’est important) Royal Orr, un texte publié dans The Gazette.

Un entretien au sein duquel GND s’exprimera sur sa vision du Québec en insistant sur les travers d’une  «version simpliste de l’histoire du Québec et du Canada qui pose les francophones en tant que victimes». Alors que selon le député de Gouin «les francophones ont un double statut dans notre histoire; soit des colonisateurs et des colonisés»; cette communauté ethnique «canadienne française qui n’est pas exempte d’être discriminatoire et raciste». 

Royal Orr a tant aimé GND qu’il voit en lui un prochain René Lévesque. De toute évidence ni l’un ni l’autre n’ont entendu l’ex-PM péquiste s’exprimer sur l’immigration en faisant allusion à l’allégorie de la «noyade»... 

Ce qui est clair par la lecture de cet entretien, c’est l’attachement de QS version 2018 au multiculturalisme et à l’idéal diversitaire, antiraciste et au «post-nationalisme».

Ce parti qui accueille en ses rangs Haroun Bouazzi, pour qui le principe de société laïque se conjugue par le droit à la prestation du serment de citoyenneté en niqab...

Il faut cesser de présenter Québec solidaire à titre de parti «indépendantiste» alors qu’il recrute des adversaires de l’indépendance pour faire la lutte au parti qui rassemble le plus d’indépendantistes.

Ce parti qui a renié sa signature et miné les discussions entre groupes indépendantistes; ce parti qui a investi le membership d’Option nationale pour avoir plus de poids lors du vote «d’avalement» tenu par ON, mais qui a tenu son propre débat sur la question à huis clos...

Voilà pourquoi l’écrasante majorité des militants péquistes n’auront absolument aucune envie de se rallier à une formation politique dont l’objectif aura toujours été de nuire à leur parti, et à la cause qu’ils défendent.

Sur la planète Québec solidaire, tard le 1er octobre prochain, le PQ sera affaibli, le Québec sera dirigé par la CAQ ou le PLQ (cela ne leur importe que très peu), et peut-être que cette «gauche» aura un ou deux députés de plus.

«Solidaires» de qui? Faites-moi rire...

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.