/news/politics
Navigation

André Spénard passera le flambeau dans Beauce-Nord

Il devient le premier député de la CAQ à annoncer son départ

Andre Spenard
Photo d'archives Simon Clark Le député caquiste de Beauce-Nord, André Spénard, a confirmé qu’il ne sera pas candidat à la prochaine élection provinciale, prévue pour le 1er octobre.

Coup d'oeil sur cet article

Après six années passées à représenter les citoyens du comté de Beauce-Nord, André Spénard est devenu mercredi le premier député de l’aile parlementaire caquiste à confirmer qu’il ne sollicitera pas de nouveau mandat à l’élection du 1er octobre.

M. Spénard, qui a célébré ses 68 ans le 13 mars dernier, en a d’abord fait l’annonce mardi soir, aux membres de son association de circonscription.

«Je pense que j’ai assez donné. Il est temps de penser à mes enfants, puis à mes petits enfants», a-t-il résumé en entrevue avec notre Bureau parlementaire.

Avant de faire le saut en politique provinciale, en 2012, M. Spénard a été maire de Saint-Joseph-de-Beauce, pendant près de 10 ans. Il a auparavant occupé, pendant une trentaine d’années, des postes de direction dans le domaine des entreprises adaptées, toujours en Beauce, où il s’est toujours impliqué.

Des pépins de santé

Comme plusieurs autres députés à l’Assemblée nationale, M. Spénard a profité de la période des Fêtes pour réfléchir à son avenir politique.

«Ensuite de ça, j’ai eu un petit problème de santé, au mois de janvier, a-t-il raconté, sans entrer dans les détails. Je regardais ça, puis je suis rendu à 68 ans... Un autre mandat de 4 ans, ça m’amènerait à 72. Alors par respect pour mes électeurs, je me dit que je n’aurais pas les énergies requises.»

Le député de Beauce-Nord entend compléter son mandat et donner «un coup de main» pour trouver celui ou celle qui tentera de lui succéder dans ce qui est devenu un château fort pour la CAQ.

Quand on le questionne sur la position enviable de son parti dans les sondages, «moi, ce n’était pas un de mes objectifs premiers, de devenir ministre», rétorque-t-il.

«Tout le monde m’appelle André ici, y’a personne qui m’appelle monsieur Spénard», souligne celui qui se dit surtout heureux des liens tissés avec ses concitoyens et de ce qu'il a pu accomplir pour eux.