/news/society
Navigation

Tragédie à Humboldt: «ils seront pour toujours des Broncos»

Littéralement abattues, ces deux personnes se sont recueillies dans le domicile des Broncos devant les photos des joueurs qui ont perdu la vie vendredi soir dans le tragique accident de l’autocar de l’équipe.
Photo AFP Littéralement abattues, ces deux personnes se sont recueillies dans le domicile des Broncos devant les photos des joueurs qui ont perdu la vie vendredi soir dans le tragique accident de l’autocar de l’équipe.

Coup d'oeil sur cet article

Près de la moitié de la population de la petite ville de Humboldt, en Saskatchewan, s’est entassée dans l’aréna de ses Broncos pour se recueillir, dimanche soir, deux jours après que la moitié de son équipe de hockey junior eut perdu la vie dans un violent accident d’autocar.


À LIRE AUSSI


Littéralement abattues, ces deux personnes se sont recueillies dans le domicile des Broncos devant les photos des joueurs qui ont perdu la vie vendredi soir dans le tragique accident de l’autocar de l’équipe.
AFP

«Ils seront pour toujours des Broncos de Humboldt», a lancé le président de l’équipe, Kevin Garinger, la gorge nouée devant les quelque 2500 personnes entassées dans l’aréna Elgar-Petersen.

Littéralement abattues, ces deux personnes se sont recueillies dans le domicile des Broncos devant les photos des joueurs qui ont perdu la vie vendredi soir dans le tragique accident de l’autocar de l’équipe.
AFP

Humboldt, qui compte à peine 6000 résidents, devait vibrer au rythme des séries, dimanche soir, alors que les Broncos luttaient pour obtenir leur billet pour la finale. La rencontre décisive a plutôt fait place à une soirée de commémoration en souvenir de ceux qui ont perdu la vie, vendredi, majoritairement de jeunes athlètes de 16 à 21 ans.

Littéralement abattues, ces deux personnes se sont recueillies dans le domicile des Broncos devant les photos des joueurs qui ont perdu la vie vendredi soir dans le tragique accident de l’autocar de l’équipe.
AFP

En tout, 15 membres de l’équipe et de son entourage sont décédés. Les identités de trois autres victimes ont été rendues publiques dimanche : Logan Hunter, 18 ans, Jacob Leitch, 19 ans, ainsi que le chauffeur d’autobus Glen Doerksen. De plus, 14 autres passagers de l’autocar ont été blessés, dont deux seraient toujours dans un état critique.

Vague d’appui

Une immense vague de sympathie déferle sur la petite localité située à 100 km à l’est de Saskatoon depuis ce tragique coup du destin.

Littéralement abattues, ces deux personnes se sont recueillies dans le domicile des Broncos devant les photos des joueurs qui ont perdu la vie vendredi soir dans le tragique accident de l’autocar de l’équipe.
AFP

Le premier ministre Justin Trudeau et son homologue saskatchewanais Scott Moe étaient présents dimanche pour se recueillir, tandis que les moments de silence se sont multipliés aux quatre coins de la LNH samedi et dimanche. Au moment de mettre sous presse, quelque 65 000 personnes avaient fait don de près de 4,5 M$ dans le cadre d’une campagne de sociofinancement pour soutenir les familles éplorées.

Littéralement abattues, ces deux personnes se sont recueillies dans le domicile des Broncos devant les photos des joueurs qui ont perdu la vie vendredi soir dans le tragique accident de l’autocar de l’équipe.
AFP

«Tout le soutien est incroyable», a souligné Isaac Labelle, dont le frère Xavier figure au nombre des victimes. «Malheureusement, ça ne ramène pas ceux qu’on a perdus.» Xavier Labelle, un Fransaskois de 18 ans, passionné de hockey et de piano, a fait l’ensemble de son parcours scolaire à l’École canadienne-française de Saskatoon. «Un athlète très intelligent» qui aspirait à poursuivre ses études en médecine, indique Isaac.

«Les Broncos, c’est notre équipe de la LNH», illustrait dimanche à LCN Carolyne Janidlo, une enseignante de Sherbrooke qui vit à Humboldt et dont le mari est le vice-président de l’équipe.

La douleur ne s’estompera pas de sitôt, avertit la Québécoise, qui se préparait alors à accueillir dans sa classe des enfants d’âge primaire affectés par la tragédie. «Les prochains jours ne vont pas être plus faciles. Ils vont être différents. On va parler beaucoup pour sortir les émotions, pour ne pas laisser ça en dedans», explique-t-elle.

Premier blessé à recevoir son congé de l’hôpital, Nick Shumlanski a été réconforté à son arrivée à l’amphithéâtre où avait lieu la vigile.
Photo AFP
Premier blessé à recevoir son congé de l’hôpital, Nick Shumlanski a été réconforté à son arrivée à l’amphithéâtre où avait lieu la vigile.